Critique

Vaches sur le toit

 
Critique par |

Là-haut sur la montagne

Documentaire sur la vie en alpage, Vaches sur le toit devient vite un film sur la vie tout court, avec ses imprévus, ses rebondissements et ses remises en questions perpétuelles.

Parti pour faire partager à ses spectateurs la rudesse des exigences de la vie des paysans de montagne dans un alpage du Nord du Tessin, Aldo Gugolz revient avec une oeuvre magnifique sur la condition humaine. Quand il arrive sur les terres de Fabiano pour entamer son tournage, le cinéaste apprend qu’un des employés de l’exploitation est porté disparu depuis plusieurs jours. Cela donne tout de suite une autre couleur au projet de base et le spectateur se trouve, dès lors, aussi au coeur d’un mystère digne d’un film policier. Cet événement tragique va ainsi définir les nouveaux contours du projet initial car il affecte sensiblement Fabiano et son entourage. Un autre événement, beaucoup plus heureux celui-là, s’invite aussi sur le plateau: Fabiano et sa femme attendent la naissance de leur premier enfant.

D’une base de documentaire factuel immersif, ce film à l’image sublime se transforme en une oeuvre romanesque avec tout ce qu’il faut pour tenir son public en haleine et le pencher sur le comportement humain quand ce dernier doit faire face à la cruauté et à la tragédie. Très pertinemment, Aldo Gugolz suit au plus près les péripéties qu’il n’aurait pu imaginer. Son film devient un récit de vie extraordinaire et lui permet de s’intéresser aux aspects les moins reluisants de l’âme humaine, comme le montre les réactions plus que suspicieuses des habitants du village voisin envers Fabiano qui est jugé beaucoup trop rapidement quand on finit par découvrir le corps de son employé, des mois après sa disparition. En peu de scènes, le cinéaste montre de manière flagrante comment la rumeur peut devenir une arme néfaste et empoisonner l’existence de ceux qui en sont la cible. Le témoin privilégié de ce drame humain est la nature qu’Aldo Gugolz parvient brillamment à sublimer sans jamais la manipuler ni la mettre en scène au sens le plus strict du terme. Vaches sur le toit, qui renvoie directement à un cauchemar de Fabiano, est âpre, beau, haletant, tendre, fort et vivement conseillé.

En savoir plus sur Remy Dewarrat