Critique

Ammonite

 
Critique par |

Passion au féminin

Après son très beau Seule la terre, Francis Lee s’intéresse une nouvelle fois à une relation homosexuelle mais du point de vue féminin cette fois. Cela donne un deuxième long métrage au souffle romanesque magistralement interprété par Kate Winslet et Saoirse Ronan.

En 1840, Roderick Murchinson se rend sur la côte anglaise avec son épouse Charlotte afin de rencontrer Mary Anning qui est une référence dans le monde de la découverte de fossiles. Il espère que cette femme austère daigne lui faire part de son savoir faire. Après quelques jours, il repart mais confie son épouse souffrante aux bons soins de Charlotte qui n’a d’autre choix que d’accepter. Les deux femmes vont se rapprocher.

Francis Lee reprend la même trame que celle de son film précédent mais change judicieusement le contexte et l’époque de la relation passionnelle qu’il nous conte. Ici, ce sont deux femmes que tout semble opposer qui sont au centre de son très beau film. En fin observateur, il décortique avec beaucoup d’acuité ce qui naît entre ces deux êtres incompris. En tant que femme évoluant dans un monde essentiellement masculin, Mary a choisi le secret et la retraite pour s’épanouir dans sa vocation de chasseuse de fossiles. La scène d’ouverture de Ammonite où l’on voit les responsables d’un musée de paléontologie remplacer le nom de Mary Anning par celui d’un homme sur un vestige, est éloquente quant à la condition des femmes au début de l’ère victorienne. Et Charlotte ne doit son existence qu’à son unique statut d’épouse, comme l’auteur - réalisateur l’expose crûment dans la scène du repas au restaurant où c’est Roderick qui impose à sa femme ce qu’elle doit manger sans qu’elle n’ait le droit de s’exprimer. C’est donc assez naturellement que ces deux femmes, qui ne peuvent qu’être déçues par la gent masculine, vont se lier et s’abandonner dans une relation passionnelle intense autant du point de vue sentimental que physique. La scène du premier baiser entre Charlotte et Mary est d’une magnificence remarquable.

Kate Winslet et Saoirse Ronan signent là une de leurs meilleures prestations en se donnant corps et âme à leurs personnages, à leur cinéaste, au film et aux spectateurs. Elles sont impressionnantes et jouent admirablement avec les contrastes qui définissent Mary la vieille fille aigrie, et Charlotte l’ingénue qui découvre l’amour avec un grand A. Grâce à elles, Francis Lee confirme qu’il fait partie des meilleurs directeurs d’acteurs comme c’était déjà le cas avec les deux jeunes hommes de son mémorable Seule la terre.

En deux films narrant une relation passionnée et romanesque entre personnes du même sexe, Francis Lee parvient à la fois à les rapprocher et les opposer, par petites touches expressionnistes, tout en les ancrant dans un élément naturel tout puissant: les humeurs instables de la mer dans Ammonite remplacent la rudesse implacable de la terre dans Seule la terre. Admirable.

En savoir plus sur Remy Dewarrat