Film

Wonder Woman Wonder Woman (v.o)

Date de sortie 07.06.2017
Durée 141 minutes
Age 12/12
Pays États-Unis (United States)
Distributeur Warner Bros.
Genre Fantastique
Réalisateur Patty Jenkins
Acteur Gal Gadot Chris Pine
Note CLAP.CH
 
4/5
Note du public
 
4.5/5
  Voir la bande annonce

Synopsis

Avant d'être Wonder Woman, elle s'appelait Diana, princesse des Amazones, entraînée pour être une guerrière impossible à conquérir. Elle est élevée sur une île isolée et paradisiaque, mais lorsqu'un pilote américain s'écrase sur leur rivage et annonce qu'un conflit à grande échelle fait rage dans le monde, Diana quitte son foyer, convaincue qu'elle doit arrêter cette menace. Combattant aux côtés de cet homme et des siens pour mettre fin à cette guerre et à toutes les guerres, Diana découvre ses vrais pouvoirs... Et son véritable destin.

Patty Jenkins

Gal Gadot

Chris Pine

Critiques

Max Borg | Lundi 5 juin 2017
 

L’Âge des héroïnes

Patty Jenkins signe la première vraie aventure cinématographique du célèbre personnage de DC Comics, en nous offrant une aventure à la fois classique et très moderne. Gal Gadot est impeccable dans le rôle principal.

On l’avait déjà vue il y a un peu plus d’un an, dans Batman v Superman : Dawn of Justice. Maintenant elle a droit à son propre long métrage, attendu depuis des années. Nous parlons bien sûr de Wonder Woman, l’héroïne la plus connue de DC Comics (et des comic books américains tout court), incarnée pour la deuxième fois par l’actrice israélienne Gal Gadot.

Tout en s’inscrivant dans le contexte plus large du DC Extended Universe, ce monde cinématographique partagé qui a débuté en 2013 avec Man of Steel, le long métrage de Patty Jenkins (Monster) est largement séparé des grands événements de la franchise: mis à part les séquences d’ouverture et clôture, l’intrigue de Wonder Woman se déroule 1918, à peu près cent ans avant la rencontre avec Batman et Superman. Lorsqu’on fait la connaissance de Diana (Gadot), elle vit aisément en tant que princesse des Amazones, race de femmes guerrières qui ont la tâche de protéger notre monde quand Arès, le dieu de la guerre, ressurgira. Quand le pilote américain Steve Trevor (Chris Pine) se retrouve sur l’île cachée de Themyscira et raconte ce qui est en train de se produire avec le premier conflit mondial, Diana soupçonne la participation d’Arès et part avec Trevor pour sauver la race humaine.

N’ayant pas de vraies obligations concernant l’évolution narrative de l’univers cinématographique de DC, Jenkins aborde sa deuxième réalisation pour le grand écran avec un très agréable sens de liberté: tout en exhibant certaines influences de Zack Snyder pour assurer une cohérence stylistique, Wonder Woman fonctionne très bien comme unité autonome, dans la tradition des films d’aventure classiques. Le récit linéaire respecte les règles du genre avec joie et énergie, tout en permettant à sa simplicité apparente de véhiculer un propos pas banal sur la bonté de l’humanité et sur le rôle des femmes, capables d’actes héroïques sans l’aide des mecs (le choix de l’époque, liée aux mouvements pour le droit de vote, n’est pas anodin).

Telle Kathryn Bigelow, la réalisatrice démentit aussi les lieux communs sur les femmes derrière la caméra, en abordant les scènes d’action et de combat avec une honnêteté et un rythme qui sont au même niveau du meilleur travail de ses collègues masculins (certes, le film reste accessible pour un public jeune, mais la qualité viscérale est présente aux côtés du divertissement). C’est donc dommage que la partie finale du film glisse légèrement dans les clichés des histoires de super-héros à l’écran, avec un méchant en images de synthèse qui comporte une petite perte de l’âme humaine des batailles. En même temps, vu la philosophie au centre du récit, ceci était un choix presque obligé, et n’affaiblit pas tant que ça la dimension jouissive du premier bon long métrage de son genre avec une protagoniste féminine (on se souvient encore des lamentables Catwoman et Elektra). Si celle-ci est une indication pour le futur de ces films, on se réjouit des prochains rendez-vous en salle. 

Merci d'avoir voté pour ce film !
Votre commentaire sera validé par notre cher administrateur...
Votre avis sur ce film:
 

Cid | 08.06.2017 12:36
 
J’ai eu la chance de pouvoir voir le film lundi soir en avant-première et voici sans plus attendre ma critique sans spoilers. Après une trilogie Batman réalisée par Christopher Nolan adulée par tous, il faut bien avouer que DC Comics est un peu à la traine comparé à Marvel qui enchaine les films et les succès. Même si le Man of Steel et plus tard le Batman vs Superman était à la hauteur de mes attentes, il faut bien avouer que Suicide Squad a jeté un froid et a déçu passablement de fans, fans dont je fais partie. Et alors ce Wonder Woman, serait-ce enfin LE film qui rassurera les fans et mettra tout le monde d’accord ? La réponse est clairement un grand OUI. En effet, inutile d’y aller par quatre chemins, le dernier né de l’écurie DC Comics a toutes les marques d’un grand film, à commencer par son héroïne Gal Gadot qui campe à merveille et de la plus belle des façons l’héroïne en lui donnant classe, glamour et rage. L’actrice israélienne fait littéralement corps avec son personnage et tout comme Hugh Jackman qui est sans contestation possible Wolverine, la belle Gal Gadot est clairement Diana Prince, la valeureuse amazone. C’est l’héroïne c’est certain mais la réalisatrice a su parfaitement glisser un personnage masculin à l’écran avec Steve Trevor interprété admirablement par Chris Pine qui rend une copie parfaite tant son personnage est intéressant et très bien développé. Côté réalisation justement, je commencerais tout d’abord par un élément clé, à savoir que cette dernière a été confiée à une femme, Patty Jenkins et disons le tout de suite c’était la meilleure chose à faire. La réalisatrice a su trouver la parfaite alchimie en dosant habilement l’humour, la romance, l’action et les questions fondamentales sur la nature humaine. Elle ouvre les yeux de son héroïne de façon remarquable tout au long du film en lui faisant prendre conscience de ce qu’est le véritable monde en dehors des murs de Themyscira et lui faisant ainsi embrasser sa destinée avec tout ce que ça implique. Themyscira parlons en justement car c’est le lieu où se situe le début du film, une île paradisiaque remplie d’Amazones toutes plus féroces les unes que les autres et dirigées par la reine Antiope. Ce petit monde vit à l’abri du monde extérieur et on y suit la formation de Diana jusqu’à l’arrivée de Steve Trevor. Etant grand amateur de la mythologie grecque, l’univers de Wonder Woman me plait car il fait référence aux Dieux, ses Légendes et donc m’a captivé d’avantage avec son excellent background. Concernant la liaison au DC Extended Universe que les fans se rassurent, vu que quasi tout le film se passe pendant la première guerre mondiale, les scénaristes ont tout de même sus marquer le coup avec le début et la fin du film, offrant ainsi une continuité logique à Batman vs Superman. Côté scénario rien à redire non plus, on se retrouve certes à nouveau au cœur d’une lutte entre le bien et le mal mais les diverses intrigues, les rebondissements sans oublier le voile sur le méchant qui n’est levé qu’à la fin du film assurent un grand moment aux spectateurs. C’est enfin un grand retour qui peut sans scrupule tenir la dragée haute aux films de super héros DC tel que la trilogie du Dark Knight par Nolan, les Batman de Burton et le Superman 78. Au niveau de la bande sonore, c’est du tout bon également avec bien entendu le thème de Wonder Woman introduit dans Batman vs Superman mais également d’autres excellentes compositions marquants à merveille les diverses séquences du film. Parmi ce déluge de bons points, il y a tout de mêmes quelques imperfections avec tout d’abord l’omniprésence de ralentis, moi ça ne me dérange pas plus que ça mais je sais que beaucoup en sont allergiques donc vous voilà prévenus. Autres mention moins bonne également pour certains effets spéciaux qui ne sont pas forcément bien « incrustés » et ça se voit, rien d’alarmant mais avec ce qu’il est capable de faire de nos jours, c’est dommage de ne pas avoir soigné les derniers détails. Mais rassurez-vous tout de suite, ces points négatifs ne gâchent en rien le plaisir du film. Voilà, vous l’aurez compris à la lecture de cette critique, Wonder Woman c’est de la pure bombe et il offre enfin son premier film à une héroïne en y mettant un bon côté féministe mais sans être militant. Le film est parfaitement maîtrisé sans montage incohérent avec un rythme soutenu et sans temps mort. La barre est placée très haute et les prochains films à venir dans l’univers DC devront vraiment assurer s’ils comptent rivaliser avec ce volet dédié à la belle Amazone. Donc maintenant vous savez clairement ce qu’il vous reste à faire, foncez dans votre cinéma le plus proche pour voir ou revoir ce petit bijou.

CONCOURS Gagnez un pack de goodies pour "Goldfinch"

Participer