Film

Le Petit Prince The Little Prince (v.o)

Date de sortie 29.07.2015
Durée 106 minutes
Age 6/10
Pays France
Distributeur Impuls
Genre Animation , Famille
Réalisateur Mark Osborne
Voix Benicio Del Toro James Franco Rachel McAdams
Note CLAP.CH
 
3.5/5
Note du public
 
4.5/5
  Voir la bande annonce

Synopsis

Le film a été présenté hors-compétition au Festival de Cannes 2015

C’est l’histoire d’une histoire.
C’est l’histoire d’une petite fille, intrépide et curieuse, qui vit dans un monde d’adultes.
C’est l’histoire d’un aviateur, excentrique et facétieux, qui n’a jamais vraiment grandi.
C’est l’histoire du Petit Prince qui va les réunir dans une aventure extraordinaire.

Mark Osborne

Benicio Del Toro

James Franco

Rachel McAdams

Critiques

Firouz-Elisabeth Pillet | Lundi 27 juillet 2015
 

CONTRE

Cette co-production somptueuse et très attendue au dernier Festival de Cannes recourt à une distribution étoilée: Jeff Bridges, Marion Cotillard et Rachel McAdams pour raconter le  roman, devenu un classique de a littérature du XXème siècle, Le Petit Prince d'Antoine de Saint-Exupéry en signant une fiction destinée aux enfants.

Salué par la majorité de la presse française qui est dithyrambique au sujet du film, cette adaptation laisse songeur, même pour les plus indulgents des spectateurs,  malgré tous les moyens, conséquents mis en oeuvre (budgétisé à $ 80,000,000) et les talents sollicités, le réalisateur Mark Osborne (Kung Fu Panda), le scénario écrit par Irena Brignull (Les Boxtrolls) et Bob Persichetti (Tarzan de Disney et Mulan, ainsi que Puss in Boots / Le Chat potté). Le film  fait montre d’un didactisme exacerbé dans un moule pseudo-littéraire. Il est vrai que l’oeuvre de Saint-Exupéry est si subtile, aux multiples messages qu’elle s’avère bien difficile à adapter.

Si la mortalité et l’évanescence comme les questions de la petite fille sur la physique de l'univers sont abordées, il est aussi question d'opération et de rivalité à l’école, des valeurs qui n’ont rien à voir avec l’oeuvre originale défendue par Saint-Exupéry.

L’histoire est incarnée par l'animation par ordinateur, donnant aux personnages des expressions exagérées, parfois même caricaturales. L’architecture du scénario se base sur l’oeuvre littéraire, la seconde partie du film développe une direction assez lénifiante. Le plus gros défaut du long métrage est qu'il ne semble pas avoir toute confiance dans l'intelligence émotionnelle de son public en insistant sur la dimension didactique.


Jean-Marc Detrey | Lundi 27 juillet 2015
 

POUR

Avouez-le, qui a déjà compris quelque chose au chef d’œuvre d’Antoine De Saint-Exupéry? Oui, Le Petit Prince c’est joli et c’est poétique mais, quand on a dix ans et même pour certains adultes, c’est pompeux!

Et voilà que le film de Mark Osborne (Kung Fu Panda) arrive. Ce n’est pas l’histoire du Petit Prince, mais en fait, oui. Oh là là, ça commence déjà à être ronflant… Mais non. On reprend.

C’est l’histoire d’une histoire. C’est le récit d’une petite fille qui vit dans un monde d’adultes. C’est aussi celui de son voisin excentrique qui n’a jamais vraiment grandi et qui va lui raconter Le Petit Prince. Cette oeuvre va les réunir dans une aventure extraordinaire faite de serpents qui mangent les éléphants, de baobabs qui poussent sur une petite planète, d’un petit prince qui cultive une rose et demande à un aviateur en plein désert, s’il peut lui dessiner un mouton! Vous avez compris?

Dès les premières images, la magie opère. Deux choix artistiques d’animation ont été créés pour différencier les aventures de la petite fille et celles du Petit Prince (CGi et Stop Motion). C’est drôle, magique et poétique. Une musique composée par Hans Zimmer et Richard Harvey, et trois chansons écrites et interprétées par Camille tout en douceur alimentent cet instant féérique. Avec son rythme adapté à la magie de du récit, de loin pas comme d'autres films d’animation avec des animaux sous cocaïne, Le Petit Prince prend le temps de poser son histoire et nous fait entrer dans un monde où nous n’avons pas envie de devenir adulte.

Si la première partie est toute en délicatesse, la deuxième vire légèrement à l’action pure, mais la fin nous met toutes et tous d’accord: Le Petit Prince donne envie aux enfants et aux parents de découvrir le cinéma avec un grand c et de (re)lire l’œuvre de Saint-Exupéry.

Merci d'avoir voté pour ce film !
Votre commentaire sera validé par notre cher administrateur...
Votre avis sur ce film:
 

vincenzobino | 29.07.2015 15:43
 
Le petit prince. Penser a ce livre qui berça mon enfance, a ces nombreuses phrases inoubliables (dont le "on ne voit bien qu'avec le cœur, l'essentiel est invisible pour les yeux) et voir qu'une version animée venait d'être réalisée avait de quoi rendre sceptique. D'autant plus lorsque Kung fu Panda s'avéra une déception. Mais Mark Osborne transforme brillamment l'essai. Si vous avez lu et adoré le livre, vous risquez d'être dubitatif après 10 minutes : une séquence a l'opposé même du roman, faisant penser aux temps modernes de Chaplin. Puis l'histoire que nous connaissons tous nous est présentée durant la première heure avec une animation magnifique mais 2 passages (volontairement) zappes et une certaine interrogation? Sauf que Osborne et ses scénaristes ayant plus d'un tour dans leur sac nous réserve une dernière demi-heure ou les 2 mondes s'entremêlent a merveille. Le double sens du mot mouton est alors exploité, les extraits manquants sont retranscrits et surtout une tournure poétique magnifique est mise en place. Vous l'aurez compris, que vous ayez lu, aimé, détesté ou ignoré l'ouvrage, le film est a recommander vivement pour pouvoir vraiment voir avec son cœur, l'essentiel étant effectivement superflu...