Film

Valley of Love Valley of Love (v.o)

Date de sortie 17.06.2015
Durée 91 minutes
Age 12/16
Pays France
Distributeur Frenetic
Genre Drame
Réalisateur Guillaume Nicloux
Acteur Gérard Depardieu Isabelle Huppert Dan Warner
Note CLAP.CH
 
3/5
Note du public
 
3.8/5
  Voir la bande annonce

Synopsis

Le film est présenté en Compétition au Festival de Cannes 2015

Isabelle et Gérard se rendent à un étrange rendez-vous dans la Vallée de la mort, en Californie. Ils ne se sont pas revus depuis des années et répondent à une invitation de leur fils Michael, photographe, qu'ils ont reçue après son suicide, 6 mois auparavant.
Malgré l'absurdité de la situation, ils décident de suivre la programme initiatique imaginé par Michael...

Guillaume Nicloux

Gérard Depardieu

Isabelle Huppert

Dan Warner

Critiques

Remy Dewarrat | Lundi 15 juin 2015
 

POUR

Guillaume Nicloux est un cinéaste atypique qui avait signé l'année dernière un téléfilm formidable et inclassable intitulé L'Enlèvement de Michel Houellebecq. Pour sa première sélection en compétition au Festival de Cannes, il réunit Isabelle Huppert et Gérard Depardieu qui n'avaient pas retourné ensemble depuis Loulou de Maurice Pialat en 1980. Les retrouvailles sont d'ailleurs au coeur même de ce Valley of Love très réussi.

Se basant sur un principe à la fois fort et simple qui fait se retrouver un couple après des années de séparation, le long métrage de Guillaume Nicloux prends des allures de voyages initiatique, tendant vers le surnaturelle avec une pointe de fantastique particulièrement bien amenée. Se prénommant exactement comme eux, les personnages d'Isabelle Huppert et de Gérard Depardieu sont confrontés au suicide de leur fils qui, à travers une lettre posthume, les invite à une visite de La Vallée de la Mort en Californie. Les deux parents acceptent cette sorte défi en se conformant aux indications très précises de la missive, se rendant chaque jour dans un coin différent de ce haut lieux de tourisme. Le spectateur découvre avec eux ces endroits empreints de mystère et écrasés par un soleil de plomb accablant. La chaleur devient un personnage à part entière et régit les réactions des protagonistes qui essaient de l'apprivoiser chacun à leur manière.

Dans cette oeuvre étonnante, le fil entre la réalité et la fiction est si ténu qu'il en devient quasiment invisible. Depardieu y joue un acteur français connu même au Etats-Unis et la scène, où un client du motel lui demande un autographe, donne lieu à un moment surprenant, oscillant entre l'humour et le mépris. Tout le film fonctionne sur la dualité, comme s'il se déroulait en permanence sur la frontière entre la vie et la mort. Les deux comédiens offrent aux spectateurs un panel de jeu qui comporte autant tout ce que l'on aime chez eux, que ce que l'on déteste. Ne se cachant jamais, ils sont purs, vrais et osent se montrer sous leur aspect le plus irritant, à l'inverse complet du glamour devenu malheureusement contractuel dans leur profession. Intelligemment, le cinéaste joue à merveille sur cette ambivalence, ne cherchant jamais à sanctifier ces deux acteurs essentiels du Septième Art, et il procède de la même manière avec son sublime décor naturel, qu'il ne traite jamais comme une carte postale tape-à-l'oeil, mais comme un lieux hors de la réalité, tout droit sorti de la plus antique des mythologies.


Firouz-Elisabeth Pillet | Lundi 15 juin 2015
 

CONTRE

Ecrit par Guillaume Nicloux, qui dédie ce film à son père en exergue du prologue, Valley of love réunit deux acteurs célèbres qui ont eu un fils il y a 31 ans et sont conviés par une lettre adressée par ce dernier, à se réunir dans la Vallée de la Mort après sa mort. Ils reçoivent chacun une lettre de lui,  leur demandant de voyager et visiter cinq endroits du site afin de le voir réapparaître.

La mère n’a plus vu son fils depuis sept ans ; le père semble avoir eu des difficultés de communication avec cet enfant qui l’a souvent invité à Mission, le quartier de San Francisco où il vivait avec son ami mais où il ne s’est jamais rendu. The Valley of love réunit donc un très beau couple de cinéma: Gérard Depardieu et Isabelle Huppert qui n'avaient plus tourné ensemble depuis Loulou de Maurice Pialat, en 1980.

Dans une sorte de mise en abîme qui finit par lasser, Isabelle Huppert et Gérard Depardieu incarnent tous deux des personnages qui portent les mêmes prénoms qu'eux et sont comédiens. La frontière est donc mince entre réalité et fiction, une ambiguïté voulue et assumée par Guillaume Nicloux. A cela s’ajoute un lieu de tournage magnifique. Le film a d’ailleurs été réalisé sous une température ambiante de 50 degrés, ce qui est répété inlassablement par les protagonistes.

Même si Gérard Depardieu et Isabelle Huppert parviennent à restaurer leur complicité et leur aisance à jouer ensemble évidente à l’écran, le film, maladroit, ne parvient pas à convaincre malgré ses bonnes intentions initiales. Matérialisant un sentiment d’authenticité du couple parental, le duo d’acteurs a amené quelques journalistes à tirer des parallèles évidents avec le couple que les comédiens formaient dans Loulou. Malheureusement, tourner avec de tels acteurs ne suffit pas à faire un film abouti.

Merci d'avoir voté pour ce film !
Votre commentaire sera validé par notre cher administrateur...
Votre avis sur ce film:
 

ValK | 05.07.2015 19:20
 
Ce film ravira tous ceux qui aiment les dialogues qui vont juste à l’essentiel et ceux qui aiment y trouver leur propre interprétation. Les paysages sont magnifiques dans des lieux hautement symboliques de la vallée de la mort. Depardieu nous attendrit en nous offrant même des moments d’autodérision. Un bon road-movie mystique et authentique.

vincenzobino | 21.06.2015 19:03
 
Assez flippante, cette expérience dans la vallée de la mort, de l'amour et... de quoi au fait? Plusieurs sentiments ressortent: - une reconnaissance de ce que la vie nous offre comme opportunité et un procès de notre façon de ne pas les saisir - une beauté absolue que ces prises de vue de Death Valley (Offenstein nous offre des prises magnifiques et confirme qu'il est l'un des plus doués, notamment par son premier plan suivant Isabelle de dos, plan répété plus tard avec Gérard) - Mais un gros point d'interrogation que ce final ne répondant pas aux questions suscitées tout du long, dont la place du paranormal ou de la folie? Dans leurs propres rôles le couple Depardieu-Huppert nous fait parfaitement ressentir cette part de mystère. Et la musique proche de Badalamenti y contribue également. Expérience a tenter...

CONCOURS Gagnez des places pour aller voir "Mare"

Participer