Film

A Most Violent Year A Most Violent Year (v.o)

Date de sortie 08.04.2015
Durée 125 minutes
Age 14/14
Pays États-Unis (United States)
Distributeur Ascot Elite
Genre Drame
Réalisateur J. C. Chandor
Acteur Albert Brooks Jessica Chastain Oscar Isaac [+]
Note CLAP.CH
 
4/5
Note du public
 
4.5/5
  Voir la bande annonce

Synopsis

New York - 1981. L'année la plus violente qu'ait connu la ville. Le destin d'un immigré qui tente de se faire une place dans le business du pétrole. Son ambition se heurte à la corruption, la violence galopante et à la dépravation de l'époque qui menacent de détruire tout ce que lui et sa famille ont construit.

J. C. Chandor

Albert Brooks

Jessica Chastain

Oscar Isaac

David Oyelowo

Critiques

Laurent Scherlen | Lundi 6 avril 2015
 

Qu'il est bon de voir un film qui prend son temps. Le temps de poser ses personnages, le temps d'établir des enjeux, en un mot, le temps de vivre. A une époque où la grande majorité des films reste obsédée par l'accumulation de cliffhangers ou de scènes d'action dénuées d'implication, A Most Violent Year fait presque figure d'ovni. En racontant l'histoire d'un immigré qui souhaite asseoir sa puissance dans le milieu du fuel domestique en tentant de rester dans le droit chemin, le réalisateur J.C. Chandor dépeint l'envers du décor de l'american way of life, en ancrant son récit durant l'année 1981, la plus violente qu'ait connue New York.

Des scènes d'action, il y en aura très peu dans le film. Car A Most Violent year n'est pas un film d'action, mais un long-métrage qui s'intéresse à la frontière friable qui sépare le légal de l'illégal, et aux implications morales et personnelles que le passage de l'un à l'autre suppose pour ses personnages. Fermement déterminé à rester dans le droit chemin, le personnage principal, formidablement campé par Oscar Isaac, prendra peu à peu conscience que la puissance et le pouvoir se gagnent plus sûrement en devenant un hors-la-loi. Et dans ce registre, Jessica Chastain, véritable Lady Macbeth qui irradie l'écran et mène son mari par le bout du nez, trouve ici le meilleur rôle de sa carrière.

Noyé sous la neige, celle qui cache, qui dissimule, le film de Chandor se rapproche du cinéma de James Gray, même s'il n'en atteint pas la beauté. La démarche du réalisateur participe ainsi de la même propension à prendre le temps de sa besogne, à installer un climat, ou encore à confronter ses personnages au poids de la famille.

L'issue du film, terriblement réaliste, achève de nous présenter un monde dans lequel même le plus vertueux des hommes peut se faire prendre au piège. Celui de ses proches? Celui de la société qui l'entoure? Pire que ça. Celui contre lequel il serait presque vain de lutter: sa propre nature. Car comme le disait le personnage d'Octave dans La Règle du jeu de Jean Renoir: «Le plus terrible en ce monde, c'est que chacun a ses raisons.»

Merci d'avoir voté pour ce film !
Votre commentaire sera validé par notre cher administrateur...
Votre avis sur ce film:
 

vincenzobino | 23.04.2015 18:28
 
Pas grand chose a rajouter a ce que mentionne Laurent. Nouveau coup de maître de Chandor qui après Margin Call et All is lost nous brosse un nouveau portrait passionnant d'une Amérique en mal-être. L'unique nuance anecdotique est que, davantage que Gray, j'ai ressenti la patte de Michael Mann: musique proche des thèmes de Moroder, rythme lent et caméra rappelant le style du créateur de Miami Vice et autres Heat. Mais c'est bien du Chandor qui nous est proposé: parvenir avec seulement 2 séquences d'action a maintenir l'intérêt 2 heures durant, servi, il faut dire, par un casting magistral avec une fois encore une incompréhension quand a la non nomination de Jessica Chastain effectivement prodigieuse et un splendide Oscar Isaac qui m'a personnellement rappelé Al Pacino en Tony Montana... A recommander vivement...