Film

Une merveilleuse histoire du temps The Theory of Everything (v.o)

Date de sortie 21.01.2015
Durée 123 minutes
Age 6/10
Pays Royaume-Uni (United Kingdom)
Distributeur Universal Suisse
Genre Biopic , Drame
Réalisateur James Marsh
Acteur Felicity Jones Tom Prior Eddie Redmayne
Note CLAP.CH
 
4/5
Note du public
 
4.5/5
  Voir la bande annonce

Synopsis

1963, en Angleterre, Stephen, brillant étudiant en Cosmologie à l’Université de Cambridge, entend bien donner une réponse simple et efficace au mystère de la création de l’univers. De nouveaux horizons s’ouvrent quand il tombe amoureux d’une étudiante en art, Jane Wilde. Mais le jeune homme, alors dans la fleur de l’âge, se heurte à un diagnostic implacable : une dystrophie neuromusculaire plus connue sous le nom de maladie de Charcot va s’attaquer à ses membres, sa motricité, et son élocution, et finira par le tuer en l’espace de deux ans.
Grâce à l’amour indéfectible, le courage et la résolution de Jane, qu’il épouse contre toute attente, ils entament tous les deux un nouveau combat afin de repousser l’inéluctable. Jane l’encourage à terminer son doctorat, et alors qu’ils commencent une vie de famille, Stephen, doctorat en poche va s’attaquer aux recherches sur ce qu’il a de plus précieux : le temps.
Alors que son corps se dégrade, son cerveau fait reculer les frontières les plus éloignées de la physique. Ensemble, ils vont révolutionner le monde de la médecine et de la science, pour aller au-delà de ce qu’ils auraient pu imaginer : le vingt et unième siècle.

James Marsh

Felicity Jones

Tom Prior

Eddie Redmayne

Critiques

Max Borg | Lundi 19 janvier 2015
 

Stephen Hawking a déjà fait l'objet d'adaptations pour l'écran, notamment le documentaire Une brève histoire du temps, réalisé par Errol Morris en 1991, et le film pour la télévision Hawking, diffusé en 2004, où Benedict Cumberbatch eut son premier rôle majeur. Là, il était surtout question de sciences. Le cinéaste James Marsh, par contre, s'intéresse à l'aspect plus humain de la vie de ce génie qui, en raison de la maladie qui l'a paralysè et rendu incapable de parler sans aides technologiques, avait appris qu'il lui restait très peu de temps à vivre, alors qu'aujourd'hui, à l'âge de 73 ans, il reste très actif, avec des conférences, livres, apparitions dans des séries télé, et caetera.

Pour raconter l'histoire de Hawking (incarné par Eddie Redmayne), Marsh et le producteur-scénariste Anthony McCarten se sont appuyés sur les souvenirs de la première épouse de Stephen, Jane (Felicity Jones): les deux se sont rencontrés à Cambridge en 1963 et, malgré leurs différences (lui étudie la cosmologie, elle la littérature espagnole), ils sont vite devenus inséparables. Au fil des décénnies, la maladie de Stephen forcera Jane à prendre des décisions difficiles et faire des sacrifices. Jusqu'où arriveront-ils avec leur amour?

The Theory of Everything (mal traduit en français) est, avant tout, un tour de force au niveau du jeu des deux acteurs principaux: Redmayne, incarnant l'immobilité de Hawking, exprime la joie et la souffrance du grand scientifique par des expressions presque imperceptibles, alors que Jones, elle aussi silencieuse en termes de manifestation de la douleur émotionnelle, n'est pas moins époustouflante dans un rôle qui exige beaucoup de maturité et force. Leur collaboration a d'ailleurs assez impressionné le vrai Hawking pour qu'il prête sa propre voix synthétique à la deuxième moitié du film.

Et la science, dans tout ça? Elle est bien présente, à la fois dans le merveilleux générique de fin et dans les propos de Hawking, pour lequel le côté privé n'est jamais complètement séparable de son travail. The Theory of Everything nous restitue un portrait complet et accessible d'un esprit complexe, dont le génie et le sens de l'humour restent enviables.

Merci d'avoir voté pour ce film !
Votre commentaire sera validé par notre cher administrateur...
Votre avis sur ce film:
 

vincenzobino | 27.01.2015 00:01
 
Consacrer un biopic au professeur Hawking, sommité de l'astrophysique était une évidence. Une très belle réussite. De la première scène se dégage la question principale du film : la vie d'un malade est-elle similaire à un trou noir qui nous attire sans issues possibles ni échappatoires? L'adaptation du livre de Jane Wilde sans y répondre directement, si ce n'est par la révélation finale, a le mérite de ne pas "s'apitoyer" sur le sort du professeur, mais de donner la parole au mot "vie". Et ces paroles, à mes yeux universelles, sont illustrées par Jane et tout ce qu'elle offrira à Stephen, n'hésitant pas à se dresser presque seule contre tous contre des logiques qui en l'occurrence n'en sont pas. Une magnifique reconstitution (on se croit en permanence durant les années 60), une très belle musique et quel casting : Eddie Redmayne est monstrueux rappelant, et Ralph Fiennes dans le patient anglais, et surtout Day-Lewis dans my left foot; Felicity Jones est bouleversante (on voit le vrai couple dans le film) et très joli rôle pour David Thewlis. Certains termes astrophysiques pourraient en faire renoncer certains mais, si vous avez connu les ambiances estudiantines, si vous appartenez à la catégorie des proches aidants et si vous êtes passionnés par l'astrophysique, ce film est à recommander (et merci de le diffuser qu'en VO, impérative à mes yeux)..

CONCOURS Gagnez 2 places pour aller voir "Spider-Man Far From Home"

Participer