Film

Star Wars: Episode VII - Le Réveil de la Force Star Wars Episode VII - The Force Awakens (v.o)

Date de sortie 16.12.2015
Durée 136 minutes
Age 12/12
Pays États-Unis (United States)
Distributeur Walt Disney Pictures Switzerland
Genre Science fiction
Réalisateur J.J. Abrams
Acteur John Boyega Adam Driver Carrie Fischer [+]
Note CLAP.CH
 
3.5/5
Note du public
 
4.1/5
  Voir la bande annonce

Synopsis

Dans une galaxie lointaine, très lointaine, un nouvel épisode de la saga "Star Wars", 30 ans après les événements du "Retour du Jedi".

J.J. Abrams

John Boyega

Adam Driver

Carrie Fischer

Harrison Ford

Mark Hamil

Oscar Isaac

Daisy Ridley

Max von Sydow

Critiques

Laurent Scherlen | Lundi 14 décembre 2015
 

Dix ans après La revanche des Sith, ultime opus d’une prélogie de triste mémoire, JJ Abrams reprend les rênes de la saga Star Wars, aidé dans sa tâche par le scénariste Lawrence Kasdan, déjà co-auteur du script de L’Empire contre-attaque. Précédé d’une campagne publicitaire de type rouleau-compresseur, entouré d’un secret quasi-absolu, dévoilé en avant-première parisienne à une poignée de journalistes ayant notamment été enjoints de signer un contrat de confidentialité (leur interdisant, entre autres joyeusetés, de parler du film à leur proches (sic), il aurait pu sembler difficile voire impossible d’aborder le film en faisant abstraction de tout ce barnum ridicule. Et pourtant. Aux premières notes de la légendaire musique de John Williams, la magie opère, les yeux s’illuminent, et on se laisse embarquer dans un voyage émotionnel d’une rare ampleur.

La première force du film, et non des moindres, réside dans sa remarquable capacité à créer une immédiate empathie pour ses personnages, qu’il s’agisse de Finn (excellent John Boyega) ou Rey (la révélation du film, Daisy Ridley). D’emblée attachants, ces deux personnages portent littéralement le film sur leurs épaules tant leur caractérisation, le mystère entourant leur identité et la richesse de leurs interactions maintiennent un intérêt constant. Véritables points d’ancrage du film, Finn et Rey vont se retrouver projetés dans un monde mythologique dont ils doutaient de l’existence réelle. A ce titre, la ligne de dialogue que l’on peut par ailleurs entendre dans le trailer du film (« It’s true. All of it. The dark side, the Jedi, they’re real”) résonnera longtemps comme l’une des meilleures de toutes la saga. Cette idée géniale consistant à créer un mythe purement diégétique, à installer une légende à l’intérieur même de la fiction, produit un superbe effet de miroir entre les personnages de Finn, Rey, et les spectateurs. Au-delà de l’identification, c’est également la mythologie Star Wars qui s’en trouve elle-même étoffée, renforcée et quasiment anoblie.

Par ailleurs,  JJ Abrams nous offre bien entendu des scènes d’action et de combats aériens de toute beauté, ravivant un pur plaisir de môme que l’on n’avait plus ressenti depuis 1983 (Le Retour du Jedi). Mais loin de ne s’inspirer qu’avec déférence de la trilogie initiale, le réalisateur s’en démarque en proposant au spectateur des scènes véritablement violentes (la tuerie du village) et au pouvoir d’évocation immédiat (l’explosion en chaîne des planètes). Une noirceur et une barbarie auxquelles on ne s’attendait pas forcément en entrant dans la salle. Non, JJ Abrams ne fait pas simplement du fan service ou du copier-coller des premiers épisodes, comme on peut l’entendre ici ou là. Au contraire, son film infuse une vision bien plus sombre de la saga, tout en y injectant un propos sur la transmission (voir à ce titre la trajectoire de l’héroïne principale ou encore le sublime plan final).

Mais le plus grand tour de force du long-métrage réside incontestablement dans sa portée émotionnelle : des retrouvailles Leia/Han Solo à LA scène du film que nous ne révèlerons pas ici, les larmes arrivent sans prévenir, nous faisant prendre pleinement conscience à la fois de l’importance de la saga Star Wars dans notre imaginaire collectif et de la force des rapports familiaux qui irriguent toute la série.

De là à dire que Star Wars VII : Le Réveil de la Force est un film intimiste, il n’y a qu’un pas. Que je franchis allègrement.


Remy Dewarrat | Lundi 14 décembre 2015
 

S’attaquer à ce produit attendu comme le messie par une masse de gens bien conditionnée au marketing qui, désormais, plus que le talent, devient sournoisement gage de qualité, est-ce vraiment faire acte d’une critique de film à proprement parler? Non, surtout que les studios (qui sont eux-aussi dorénavant considérés par la même masse citée plus haut, plus important dans la réussite d’un film que leurs auteurs ou réalisateurs) responsables de la chose ne veulent pas que l’on parle des coups de théâtre qui émaillent le scénario (normal)  et des liens de parenté qui unissent les personnages (moins normal, et finalement, de quoi je me mêle?). Ce genre de dérives a la fâcheuse tendance de devenir la norme. Mais cela n’est pas étonnant puisque que nos sociétés occidentales, prostituées depuis bien longtemps au dieu pognon tendent à ne vouloir favoriser que des moutons bien obéissants qui font ce qu’on leur dit de faire sans rechigner. Vous ne saurez donc pas ici qui a couché avec qui et combien de fois entre Le Retour du Jedi et cet épisode VII.

Afin de ne pas se retrouver avec soit un texte dithyrambique, soit une déception, comme c’est souvent le cas chez les fanatiques qui sont trop souvent portés aux deux extrêmes sans prendre le temps de s’attarder sur le chemin qui relie ces limites, clap.ch a envoyé son rédacteur le moins travaillé par cette saga née en 1977.

Star Wars: le réveil de la force est avant tout le film d’un fana invétéré pour fanas invétérés, se basant principalement sur la nostalgie. C’est à la fois sa force et sa faiblesse. Cela permet une bonne dose d’humour qui surgit lors des retrouvailles de nos compères vieillissants: Harrison Ford réalise une prestation délectable en redonnant vie à Han Solo qui personnifie la nonchalance absolue, à grand coup de rictus en biais comme lui seul en a le secret. Le tout est bien fait, et c’est la moindre des choses avec l’abrutissement marketing que l’on subit depuis de très longs mois, mais l’audace n’est malheureusement pas au rendez-vous. Même le grand John Williams fait mine de paresse en signant une musique passe partout reprenant simplement les thèmes les plus connus de la série. Tout est moyen, rien ne sort du cadre, mais cela passe sans faire de vague. Quand on ne fait pas partie de la secte, on a un peu l’impression d’assister à une projections de diapos d’un voyage entre amis auquel on n'aurait pas participé: c’est joli, mais cela lasse vite, vu que l’on n'y a pas été impliqué.

Bref, le film restera plus dans les annales comme un phénomène commercial et de société (et ceux-ci sont bien souvent inquiétants) que comme une oeuvre qui bouleverse la manière de voir le monde: ce qui devrait être, à titre personnel ou public le propre d’une oeuvre d’art. Là, c’est un banal produit de consommation qui n’a plus aucun effet après ingestion un peu comme la "street food": sympa et agréable sur le moment, mais pas mémorable pour ses valeurs intrinsèques.

Merci d'avoir voté pour ce film !
Votre commentaire sera validé par notre cher administrateur...
Votre avis sur ce film:
 

dann66 | 19.01.2016 08:11
 
J'avais un peu peur du résultat final...même de voir un autocollant de Mickey collé sur la veste d'un pilote....si si....mais au résultat le film est plaisant à voir...je le conseil....bon peut-être trop de tapage médiatique pour le résultat final....mais un bon film.

Clara | 22.12.2015 09:43
 
Depuis que Disney avait racheté Star Wars je n'osais pas espérer un bon septième épisode. Cependant j'ai été surprise en bien par ce nouvel opus. Les acteurs des anciens films rappellent la magie des anciens épisodes( Harrison Ford, Carrie Fisher, Mark Hamil,...) et certains nouveaux personnages sont excellents comme Daisy Ridley qui tiens le premier rôle féminin (Ray),... Malgré tout cela, les effets spéciaux superbes et une qualité d'image géniale, l'histoire n'a pas réellement de profondeur. Les personnages sont superficiels et nous ne connaissons pas leurs vies plus que essentiellement. Les personnages viennet et partent trop vite( on a donc même pas le temps de s'y attacher). Disney a, selon mon avis, réussi a enlever tous les sentiments de cet saga (qui étaient à leur plus fort dans l'épisode 3)en laisant des amours platoniques et des mauvais sans effets. Mais en tant que grande fan de la saga je n'arrive pas à noter ce film plus bas. Que la force soit avec vous...

Clapman | 20.12.2015 07:25
 
J.J. Abrams met tout le monde d'accord. Personnellement je suis réconcilié avec la saga. Merci.

vincenzobino | 18.12.2015 17:24
 
La force fut pour ce septième opus. Fan de la franchise Star Wars (coups de cœurs pour les épisodes 3,5 et 6), ce septième opus n'était pourtant pas source d'une attente absolue pour 2 raisons: Abrams qui depuis la fin de sa troisième saison de Lost n'avait a mes yeux plus rien fait de bon et une surprotection parfois grotesque de garder a tout prix le secret sur le synopsis (clin d'œil a Rémy pas le seul dans ce cas). Je m'y rendais donc sans grande attente mais avec l'espoir (non "nouvel") d'un effet surprise. Et toutes ces interrogations et suspicions disparaissent des les premières notes de Williams: c'est bien une continuité qui nous est proposée avec la même virtuosité sonore, des effets spéciaux toujours aussi bons et des séquences fortes dont une particulièrement pour les nostalgiques des épisodes 4 a 6. Niveau nouveaux personnages, Rey sort clairement du lot et Nancy Ridley l'interprète magnifiquement. Ajoutez-y de belles retrouvailles familières et vous obtenez un bel opus a recommander... PS: me voici donc réconcilié en partie avec Abrams même si une grosse part en revient a Lawrence Kasdan scénariste...

Minnie | 17.12.2015 18:36
 
Je l'ai attendu ce nouvel opus... et quel bonheur absolu. Abrams a réussi ce que l'on redoutait beaucoup. Donner une vraie suite aux épisodes IV, V et VI et nous permettre d'oublier les épisodes 2.0 souhaités par Lucas. Certes, il y a pleins de batailles mais quel jouissance absolu de se replonger dans cet univers. Les nouveaux personnages ont réussi également la lourde tâche de reprendre un flambeau mythique... et puis, ils ne sont pas seuls. La présence de Carrie Fisher et Harrison Ford ravive un souvenir d'enfance et nous permet de verser une petite larme tant la nostalgie de les voir réunis après trente ans nous fait un petit quelque chose. La musique de John Williams est une savoureuse retrouvailles qui a manqué. Dès le générique, l'on retombe enfance et comprenons pourquoi cette saga est l'une des plus importantes. Qu'importe que ce soit un phénomène commercial et peut-être de société, Star Wars reste indispensable et apporte un pur moment de détente pour les nostalgiques et les nouveaux fans. Merci J.J. Abrams d'avoir rendu ses titres de noblesses à cette saga.

Allersia | 16.12.2015 18:28
 
J'y suis allée avec appréhension, me rappelant la déception des précédents épisodes et oui, c'est un film fait pour les fans, qui jouent sur notre nostalgie mais c'est un pari gagné ! Bien entendu, nous pouvons jouer les grands seigneurs ou les intellectuels qui ne daignent pas émettre l'idée d'apprécier quelque chose de commercial (le commercial, c'est le mal !!!!) mais en tant que petit mouton que je suis, j'ai juste passé un super bon moment ! Le scénario est certes léger mais c'est une belle mise en bouche pour les opus suivants. L'humour et le visuel nous rappelle la saga de 1977 et c'est une formidable continuité. Bien entendu que Disney a trouvé un bon filon et alors ? Bien entendu que cela peut être accessible à un public large et du coup, peut être permettre à une génération plus jeune de s'intéresser à cet univers et de se forger des souvenirs filmographiques comme on a pu le faire quand on était jeune !