Film

Annabelle Annabelle (v.o)

Date de sortie 08.10.2014
Durée 98 minutes
Age 16/16
Pays États-Unis (United States)
Distributeur Warner Bros.
Genre Horreur , Epouvante
Réalisateur John R. Leonetti
Acteur Ward Horton Annabelle Wallis Alfre Woodard
Producteur James Wan
Note CLAP.CH
 
1.8/5
Note du public
 
2/5
  Voir la bande annonce

Synopsis

John Form est certain d'avoir déniché le cadeau de ses rêves pour sa femme Mia, qui attend un enfant. Il s'agit d'une poupée ancienne, très rare, habillée dans une robe de mariée d'un blanc immaculé. Mais Mia, d'abord ravie par son cadeau, va vite déchanter.
Une nuit, les membres d'une secte satanique s'introduisent dans leur maison et agressent sauvagement le couple, paniqué. Et ils ne se contentent pas de faire couler le sang et de semer la terreur – ils donnent vie à une créature monstrueuse, pire encore que leurs sinistres méfaits, permettant aux âmes damnées de revenir sur Terre : Annabelle…

John R. Leonetti

Ward Horton

Annabelle Wallis

Alfre Woodard

James Wan

Critiques

Remy Dewarrat | Lundi 6 octobre 2014
 

POUR

Même si le film de John R. Leonetti n'est pas une totale réussite, il a le mérite de remettre les pendules à l'heure où les soit-disants fans de cinéma fantastique ne jurent bientôt plus que par la surenchère de gore et de déviance en tout genre, sous couvert d'un humour ou d'un divertissement, ce qui laisse songeur quant à la santé mentale de certain(e)s. La scène la plus sanglante du film intervient dans les dix premières minute pour laisser place à une angoisse beaucoup plus subtile, se basant surtout sur les ambiances et les effets sonore. La poupée titre ne prend pas vie et n'en reste pas moins inquiétante à chacune de ses apparition à l'écran.

Leonetti joue avec les nerfs de ses spectateurs au travers d'une jeune mère devenue le jouet d'une force démoniaque très classique représentée par un diable saint-sulpicien revêtant les atours d'un bouc. On comprend le malaise qui s'empare de cette femme parfaitement banale qui s'occupe de son bébé en restant chez elle et Annabelle Wallis le rend parfaitement bien, sans jouer la surenchère tellement prisée d'un public devenu de plus en plus pervers quand il s'agit de fantastique, préférant primer une horreur comme Alleluia de Fabrice du Wetz  qui n'a d'autre raison d'être que de flatter les esprits les plus déviants et friands de malsain, au lieu de privilégier une vraie atmosphère étrange.

Annabelle recèle quelques séquences à la tension palpable comme la vision d'une enfant, a priori normale, devenant terrible en un seul mouvement, un objet du quotidien qui devient autonome, des sons omniprésents et stressants, ou ce passage magnifiquement angoissant dans un ascenseur. Cette scène à elle seule prouve que l'angoisse peut se nicher n'importe où et qu'elle n'a pas besoin de grand chose pour mener à bien sa mission.

Le film a aussi le mérite d'une certaine rigueur et ne se contente pas d'empiler les moments chocs, comme il est trop souvent le cas dans ce genre de production, en s'accrochant à un thème qui tient parfaitement la route: la transmission. Sans être le film fantastique de l'année, Annabelle est une bonne surprise et pour autant que l'on ne cherche pas la surenchère à tout prix, il constitue un bon moment de frisson où la peur n'est pas synonyme de violence stupidement qualifié de décomplexée, et c'est assez rare pour le signaler.


Minnie Equey | Lundi 6 octobre 2014
 

CONTRE

Suite au succès du film Conjuring: Les dossiers Warren (2013) et particulièrement de la poupée possédée, l'idée d'un film était indéniable pour James Wan réalisateur du film précité. 

Cependant, ce n'est pas à ce dernier à qui revient la tâche d'expliquer l'histoire de ce jouet. C'est John R. Leonetti, directeur de la photographie dans la plupart des films du réalisateur d'Insidious (2010) qui s'attelle à rendre vie à Annabelle.

Autant dire que ce n'est pas ce qui va sauver le film. En effet, si les années 60 sont retranscrites de manières respectueuses, il est désolant de voir que le reste n'est que débauche d'effets spéciaux maîtrisés de façon aléatoires. Les scènes se suivent et ressemblent à un mauvais film pour adolescents en mal de sensations. Les amateurs et fans du genre ne retrouveront en rien les aspects effrayants de ce type de réalisation.

Les protagonistes sont certes intrigués par les événements mais hormis des cris tout du long, l'on a peine à s'y intéresser. A noter que bon nombre de comédiennes de tous les continents ont été casté pour le rôle de la jeune Mia. Et c'est une jeune britannique Annabelle Wallis plus habituée à des rôles secondaires qui décroche le rôle. Afre Woodward vue dernièrement dans 12 Years A Slave (2013) tient le rôle d'une des voisines.

Mais la curiosité même des personnages réside principalement en Annabelle elle-même. En effet, le film doit principalement son intérêt minime à la poupée maléfique. Le design et l'aspect angélique teinté d'une trace démoniaque en font un des atouts majeurs de cette réalisation. Et c'est là hélas que le bât blesse. Un film ne peut être apprécié que si le spectateur est invité à être en admiration d'un accessoire, certes réussi, mais que secondaire. 

Un film sans intérêt réel si ce n'est de faire peur aux quelques frileux peu habitués à ce genre. Les friands eux se contenteront d'un léger sourire du bout des lèvres et essayeront tant bien que mal de ne pas s'ennuyer.

Merci d'avoir voté pour ce film !
Votre commentaire sera validé par notre cher administrateur...
Votre avis sur ce film:
 

Bryan | 01.07.2015 22:40
 
Prequel de "Conjuring Les dossiers Warren" (que j'ai adorer), Annabelle est un film sympathique qui se laisse voir, mais qui manque beaucoup d'horreur et d'épouvante. Pourtant l'idée de raconter l'histoire de la poupée apercu au début de Conjuring était bonne. Mais honnêtement Conjuring est bien mieux. Annabelle reste sympathique, mais en dessous de ce qui était attendu.

Albus | 11.10.2014 03:34
 
Même pas peur, bourrés de clichés, il ne se passe rien. ça décolle un peu dans la deuxième partie, avec quelques scènes où le frisson essaye quand même de passer. Mais franchement, il n'y a pas de quoi en faire un fromage. C'est de l'épouvante hollywoodienne à 2 balles.