Film

Lucy Lucy (v.o)

Date de sortie 07.08.2014
Durée 89 minutes
Age 16/16
Pays France , États-Unis (United States)
Distributeur Universal
Genre Action , Science fiction
Réalisateur Luc Besson
Acteur Morgan Freeman Scarlett Johansson
Note CLAP.CH
 
2.5/5
Note du public
 
3.3/5
  Voir la bande annonce

Synopsis

A la suite de circonstances indépendantes de sa volonté, une jeune étudiante voit ses capacités intellectuelles se développer à l’infini. Elle « colonise » son cerveau, et acquiert des pouvoirs illimités.

Luc Besson

Morgan Freeman

Scarlett Johansson

Critiques

Laurent Scherlen | Mercredi 13 août 2014
 
POUR

Ces dernières années, force est de constater que les films de Luc Besson ne constituaient plus que la peau morte de ses films passés, pour reprendre une expression Amélie Poulain-ienne. En effet, il paraissait bien loin le temps des Dernier Combat, Léon et Nikita, le cinéma de Besson ayant peu à peu perdu son âme et sa consistance, comme si le talent créatif du réalisateur du Grand Bleu était devenu insoluble avec son statut de mogul du cinéma français. Et pourtant, le trailer de son dernier-né, Lucy, interpellait, titillait l'espoir, tant son postulat de départ (une femme forte, constance du cinéma de Besson) semblait retrouver un écrin et un fond digne d'intérêt. Espoir récompensé, puisque Lucy, bien qu'imparfait, reste captivant de la première à la dernière image.
Bourré de défauts (trop court, scénario peu crédible, scène animalière inaugurale à la portée métaphorique lourdingue), le long-métrage l'emporte haut la main d'une part en proposant une réflexion surprenante sur la connaissance (l'homme est-il fait pour tout comprendre ?) et d'autre part en livrant des scènes d'action ultra-efficaces, d'une poursuite en plein Paris en passant par des affrontements totalement irréels entre une Scarlett Johansson aux capacités intellectuelles hors normes et des adversaires armés jusqu'aux dents. La star hollywoodienne, souvent décriée ça et là, confirme d'ailleurs avec ce film son évident talent, notamment lors d'une scène où elle s'adresse à sa mère.
Naviguant entre présent et passé (le voyage temporel final est fascinant), le film parvient à nous cueillir sans prévenir au détour de scènes (la rencontre de l'héroïne et de son illustre homonyme), de réflexions (l'homme est-il apte à tout savoir) et de montée de tension (le gunfight final sur fond d'accès de Lucy à la Vérité), en maintenant du début à la fin un intérêt difficile à nier. Semblant vouloir marcher dans son final sur les plates bandes de Terrence Malick et de son pataud Tree of Life, le film de Besson s'en démarque par une humilité bienvenue et un traitement totalement différent.
Certes, Lucy n'est pas un chef d'oeuvre. Certes, il ne retrouve pas la puissance d'un Léon. Mais il est la preuve que Besson réalisateur en a encore sous le capot lorsqu'il veut bien se donner la peine de le faire rugir. Espérons que Lucy, première femme d'une nouvelle ère, soit également celle de la nouvelle ère Besson.

Remy Dewarrat | Mardi 5 août 2014
 

CONTRE

Le nouveau film de Luc Besson (qui avait pourtant annoncé sa retraite il y a quelques années) peut se vanter de supplanter Hercules au box-office américain et d'avoir l'honneur d'ouvrir le Festival de Locarno. Une fois le film vu, on se demande à quoi l'on a bien pu assister. Lucy voyage entre l'action pure, avec ce qu'il faut de bagarres, de fusillades ou de courses poursuites, et une science-fiction pétrie de réflexions psychologiques dont l'intérêt ne dépasse jamais le ridicule et la facilité.

Dès la première scène où l'on comprend pourtant très bien que Lucy devient la proie d'un prédateur, Besson nous inflige un montage parallèle montrant une gazelle traquée par un guépard. N'est-ce pas là se moquer du monde ou considérer ses spectateurs comme de parfaits idiots? Même si cette séquence animalière sert à introduire l'autre personnage du film, un professeur qui s'intéresse aux capacités cérébrales de l'être humain, en pleine conférence, sa présence prouve un manque de discernement quant à l'intelligence des spectateurs et les infantilise d'emblée.

Du coup, on se dit que l'on va devoir subir les délires métaphisico-existentiels d'un scénariste peu inspiré. Et cela ne manque pas. Besson prend ses spectateurs par la main, comme un père qui n'aurait aucune confiance en ses enfants, les entravant sans cesse dans un parcours balisé et aseptisé au possible. C'est rageant et on lui en veut de ne faire tellement aucune confiance à son public. Ceci expliquerait peut-être le succès américain du film, à moins que cela ne soit la présence de l'icône Scarlett Johansson. Malheureusement, l'actrice qui jouit d'un vedettariat exagéré, fait juste un travail minimal de ce que l'on attend d'elle et se retrouve une nouvelle fois avec un personnage relativement anodin, sans réelle épaisseur, à la limite de la crédibilité.

Le long métrage est bien fait et fonctionne autant qu'il peut (on ne s'y ennuie pas), mais le scénario original de Luc Besson le plombe du début à la fin par ses élucubrations existentielles kitch et culcul la praline. Le cinéaste ferait mieux de se contenter d'adapter du matériel existant et d'ainsi étaler son savoir-faire de cinéaste plutôt que de nous affliger des histoires aussi tartes et sans corps.

Merci d'avoir voté pour ce film !
Votre commentaire sera validé par notre cher administrateur...
Votre avis sur ce film:
 

Clapman | 16.12.2014 17:02
 
Sans se prendre la tête, Luc Besson nous offre là un popcorn movie d'action comme il en a le secret. Pas trop long, pas de prise de tête, juste de l'action comme on l'aime et...Scarlett ;-)

Laurent | 05.09.2014 21:50
 
Finalement, pas si mauvais que ça ce film. Contrairement à la plupart des critiques cinés, j'ai trouvé son approche scénaristique intéressante, mais mal jouée et organisée. Oui, les cascades sont très bien faites, oui l'idée de reprendre la Lucy du passé avec celle du 21ème siècle est bien trouvée. Mais cela manque parfois de cohérences et de crédibilité. Bref, je rejoins plus l'avis de Laurent Scherlen en le trouvant un peu mieux que le récent Hercule.