Film

Le vent se lève The Wind Rises (v.o)

Date de sortie 22.01.2014
Durée 126 minutes
Age 8/12
Pays Japon (日本)
Distributeur Frenetic
Genre Animation , Biopic , Drame
Réalisateur Hayao Miyazaki
Voix Hideaki Anno Hidetoshi Nishijima Miori Takimoto
Note CLAP.CH
 
3.5/5
Note du public
 
4.5/5
  Voir la bande annonce

Synopsis

Inspiré par le fameux concepteur d’avions Giovanni Caproni, Jiro rêve de voler et de dessiner de magnifiques avions. Mais sa mauvaise vue l’empêche de devenir pilote, et il se fait engager dans le département aéronautique d’une importante entreprise d’ingénierie en 1927. Son génie l’impose rapidement comme l’un des plus grands ingénieurs du monde.
Le Vent se lève raconte une grande partie de sa vie et dépeint les événements historiques clés qui ont profondément influencé le cours de son existence, dont le séisme de Kanto en 1923, la Grande Dépression, l’épidémie de tuberculose et l’entrée en guerre du Japon. Jiro connaîtra l’amour avec Nahoko et l’amitié avec son collègue Honjo. Inventeur extraordinaire, il fera entrer l’aviation dans une ère nouvelle.

Hayao Miyazaki

Hideaki Anno

Hidetoshi Nishijima

Miori Takimoto

Critiques

Jeanne Rohner | Lundi 20 janvier 2014
 

« Le vent se lève, il faut tenter de vivre ». Cette épigraphe, empruntée à Paul Valéry, résonne avec mélancolie durant les deux heures que constitue l'ultime réalisation du maître du cinéma japonais. C'est pourtant moins un nouveau poème cinématographique qu'un véritable hommage à Jiro Horikoshi, ingénieur aéronautique connu pour avoir conçu le mythique chasseur Zero, que Miyazaki nous conte à travers son oeuvre. Pour cette onzième réalisation, Miyazaki choisit en effet un personnage réel, union de l'ingénieur Jiro Horikoshi et de l'auteur Tatsuo Hori, qui se fait le témoin d'une période de l'histoire japonaise, du tremblement de terre de Kanto en 1923 à la Grande Dépression jusqu'à l'entrée en guerre du Japon. Alors que le film nous emporte dès la première scène lyrique et spectaculaire dans un voyage onirique parmi les nuages, le pan historique narré à travers la vie passionnante de son héros nous ramène bien vite à un réalisme plutôt inhabituel dans l'oeuvre du cinéaste. Ces scènes de rêve, anthologiques, feront leur apparition tout au long du récit, Jiro y retrouvant à chaque fois son mentor Giovanni Caproni – concepteur d'avion - dans un décor de machines volantes dont les bruitages à la bouche ne font que prolonger la magie. Jiro est finalement l'incarnation d'une paix recherchée tout au long d'une vie sur laquelle a toujours soufflé la passion. La réalisation d'un avion magnifique, considéré au début des années quarante comme le meilleur avion de guerre du monde, en est l'un des aboutissements. Une fois le rêve devenu réalité, Jiro n'aura plus aucune emprise sur sa création.

Pourtant, déployé sur deux heures, le film a ses moments creux. Les instants de bonheur partagés avec la jeune fille Nahoko, sont au début touchants et drôles; leur rencontre, provoquée par un coup de vent, est une des plus belles scènes du film. Mais la romance dont on connaîtra la fin tragique s'enlise peu à peu tant se succèdent avec lenteur les nombreuses scènes entre Jiro et Nahoko. Hayao Miyazaki signe tout de même une oeuvre profonde et sincère même si l'on peut regretter toute la poésie qui a su si longtemps nous faire vibrer, ranimant ainsi nos rêves d'enfant.


Firouz-Elisabeth Pillet | Lundi 20 janvier 2014
 

«Le vent se lève, il faut tenter de vivre.» C'est ce vers de Paul Valéry qui donne son titre au dernier opus du maître nippon du film d'animation, Hayao Miyazaki et lui sert de socle à son scénario qui raconte sur plusieurs décennies le parcours d’un personnage inspiré à la fois de la vie de Jiro Horikoshi, l’inventeur du chasseur bombardier Zero, et de celle de Tatsuo Hori, un auteur japonais du début du XXe siècle.

Après dix films, dont neuf peuvent se targuer d’être des œuvres majeures du cinéma d’animation, Hayao Miyazaki réalise avec Le Vent se lève le long métrage censé être son dernier film en tant que réalisateur. Un film testament pour le maître qui a suscité émoi et stupeur à la dernière Mostra de Venise, en août 2013, en annonçant sa retraite, à 72 ans. Il est vrai que le réalisateur a déjà fait de telles annonces mais cette fois-ci, il semblerait passer à l'acte, ayant même renoncé à faire le voyage pour assister à la première mondiale de son film dans la Cité des Doges, s'estimant trop âgé.

Avec ce qui s'apparente à son ultime chef d’œuvre, Miyazali délaisse la fantaisie qui aura façonné toute sa carrière pour réaliser un film plus personnel, élaborant une histoire d'amour onirique et complexe avec, pour toile de fond, le rêve d'Icare et la soif de puissance.

Merci d'avoir voté pour ce film !
Votre commentaire sera validé par notre cher administrateur...
Votre avis sur ce film:
 

vincenzobino | 25.01.2014 23:39
 
Lorsqu'un poète de la verve de Miyazaki annonce son dernier film, une certaine émotion ne peut que s'en dégager et l'attente de son "testament cinématographique" n'en était que davantage accélérée. La récompense est un ultime chef-d'œuvre, un de plus. [spoiler]"Le vent se lève, il faut choisir sa vie"[/spoiler] : cette maxime fait office de fil rouge à notre histoire et si, durant la première partie beaucoup plus conventionnel, Miyazaki pose le décor narratif de cette maxime, il la gratifie d'un véritable mélodrame sur la dernière demi-heure, non sans humour (très présent). Et la dernière scène est un véritable feu d'artifice intérieur qui ne laisse pas de marbre. Si ce fut vraiment votre dernier film, maître, je n'ai qu'un mot à vous dire : merci. Et un seul souhait : que vous puissiez connaître le même apaisement que votre héroïne, quelle que soit l'issue ouvrant votre rendez-vous avec cette spiritualité que vous décrivez tellement bien par votre dernière image

Vincent | 24.01.2014 12:37
 
Lyrique, onirique, spectaculaire, touchant: on se perd en superlatifs.

CONCOURS Gagnez des places pour aller voir le film

Participer

CONCOURS Gagnez une affiche dédicacée ou des places

Participer