Film

Interstellar Interstellar (v.o)

Date de sortie 05.11.2014
Durée 169 minutes
Age 12/14
Pays États-Unis (United States)
Distributeur Warner Bros. Suisse
Genre Science fiction
Réalisateur Christopher Nolan
Acteur Michael Caine Jessica Chastain Anne Hathaway [+]
Note CLAP.CH
 
2.5/5
Note du public
 
3.5/5
  Voir la bande annonce

Synopsis

Le film raconte les aventures d’un groupe d’explorateurs qui utilisent une faille récemment découverte dans l’espace-temps afin de repousser les limites humaines et partir à la conquête des distances astronomiques dans un voyage interstellaire.

Christopher Nolan

Michael Caine

Jessica Chastain

Anne Hathaway

Matthew McConaughey

Critiques

Max Borg | Lundi 3 novembre 2014
 

POUR

Le neuvième long métrage de Christopher Nolan est son oeuvre la plus ambitieuse et divisoire. Il semblerait qu'il ne peut pas y avoir de compromis: soit c'est le chef-d'oeuvre, soit c'est la catastrophe la plus totale. Ou peut-être pas: y a-t-il des défauts? Oui, certainement. Est-ce que cela détruit le film sans aucun espoir de rédemption? Bien sûr que non. Interstellar n'est de loin pas le meilleur film de Nolan, mais c'est une oeuvre admirable, fascinante et même émouvante.

L'action se situe dans un futur non identifié mais vraisemblablement proche. Notre planète est en train de mourir, les enfants de Cooper (Matthew McConaughey) étant décrits comme la dernière génération capable de survivre sur la Terre. Cooper, ingénieur devenu fermier, refuse de croire que la fin soit inévitable, et soudain on lui présente une opportunité: le voyage dans l'espace. En fait, les scientifiques de NASA sont à la recherche d'une nouvelle planète depuis des années, et ils croient avoir trouvé des candidats prometteurs. La tâche de Cooper et ses associés (Anne Hathaway, David Gyasi et Wes Bentley) est de vérifier ces résultats, pour que le professeur Brand (Michael Caine) puisse organiser l'évacuation systématique de la Terre. Loin de sa maison et ses enfants, Cooper promet de revenir un jour. Mais qu'est-ce qui l'attend au-delà des étoiles?

S'inspirant des théories du physicien Kip Thorne, les frères Nolan ont construit un monde complexe mais accessible, qui unit la beauté visuelle de l'espace conçue par Kubrick et l'aventure telle qu'on la verrait dans un film de Spielberg. C'est d'ailleurs ce dernier qui était censé réaliser le film à l'origine, et on retrouve son influence notamment dans le rôle très important qui est accordé à la famille et à l'absence du père. Mais Nolan ne s'arrête pas à l'aventure pure et simple. Pour lui, le voyage dans l'espace est un moyen d'explorer les nouvelles frontières visuelles de la machine cinématographique, et c'est un véritable joyau qu'il nous offre de ce point de vue, avec des images époustouflantes, en pellicule, signées par Hoyte van Hoytema, le directeur de la photographie des films de Tomas Alfredson.

Et pour ce qui concerne les thématiques et le contenu narratif, l'exploration des galaxies est un chemin qui mène vers une étude sur le lien entre la science et les sentiments. Et c'est là que le film entre dans une zone qui ne convaincra pas tous les spectateurs, car Nolan n'est ni Spielberg, ni Steven Moffat, ce qui fati que certains passages plus ouvertement émotionnels sont un peu maladroits. De plus, aussi magnifique que le film soit au niveau sonore, il faut dire que Hans Zimmer, qui s'inspire ici à la fois de John Williams et de Philip Glass, aurait pu baisser d'un ton à certains moments. Et pourtant...

Et pourtant Interstellar démeure une expérience cinématographique qu'il faut absolument vivre, même si le mode préféré du cinéaste, le IMAX, n'est pas disponible partout en Suisse. Le film est imparfait mais aussi très sincère, et la prestation centrale de McConaughey est l'énième étape de sa renaissance artistique. Et si nous ne nous sommes pas vraiment prononcés sur les autres acteurs, c'est pas parce qu'ils sont mauvais. C'est juste que nous préférons ne pas trop dire sur le déroulement de l'histoire, car il est mieux de la vivre sans trop de connaissances préalables. Et cela, de préférence, sur grand écran.  


Remy Dewarrat | Lundi 3 novembre 2014
 

CONTRE

En lisant les premiers échos du nouveau film de Christopher Nolan: «meilleur film de science-fiction depuis longtemps, chef-d'oeuvre, meilleur film de l'année, voire de tous les temps pour certains», on s'attendait donc à en prendre plein les mirettes: c'est le cas pour toutes les scènes d'actions, et le film n'en est pas avare. Les effets spéciaux y sont pour beaucoup et bénéficient d'un travail très minutieux de la part des studios (Double Negative, dont le superviseur Paul Franklin signe là son cinquième film d'affilée avec Nolan, et New Deals Studios pour les maquettes) voués à cette tâche primordiale dans ce genre de productions. Au niveau du son, par contre , il y a une fâcheuse exagération à amplifier le volume de façon parfois presque physiquement pénible pour les oreilles, mais disons que cela doit faire partie du côté grand spectacle de la chose.

C'est le mot qui vient à l'esprit au sortir de ces 2h50 de film quand même relativement longues: «Mais qu'est-ce que c'est que cette chose que je viens de mentalement ingurgiter?» Cela part pourtant assez bien, mais cela sombre vite dans le délire intello-scientifico-geeko-spirituello-existentiel larmoyant comme pas permis. Il y a même une très bonne idée de départ: la fille du cosmonaute, obligé de reprendre du service pour sauver l'humanité qui est gentiment toute entière en train de crever de faim, croit dur comme fer que sa chambre est hantée par un fantôme. Malheureusement cette bonne base de départ connaîtra, à la fin du long métrage, une résolution qui laisse songeur quant à sa bêtise, mais rien ne sera dévoilé ici, car le film fonctionne sur les coups de théâtre, même si ces derniers sont totalement plus affligeants les uns des autres.

Et tout devient de plus en plus pathétique et bourré ras la gueule de cette fameuse émotion que l'on voit et entend à toutes les sauces et qui est devenue malheureusement purement commerciale. Ce très long métrage pourrait même être sponsorisé par une marque, ou plusieurs, de mouchoirs en papier. Tout ici est fait pour provoquer les larmes, en allant chercher chez le spectateur tout ce qu'il peut ressentir sauf par l'esprit ou les tripes. Interstellar est entièrement codifié pour que l'on soit artificiellement ému au moment voulu, pour autant que l'on accepte d'être pris en otage par ce marketing émotionnel des plus repoussant.

On doit aussi subir de longues discussions pseudo scientifiques avec un jargon qui essaie de vous faire passer pour des ignorants, si vous ne le captez pas. C'est d'une prétention qui dépasse l'entendement. On essaie même de nous faire croire que l'amour peut se résumer à une vulgaire équation mathématique, que tout a une explication logique et scientifique. Autrement dit, ce film se veut une sorte de mise à mort de l'imagination, et c'est bien triste.

Merci d'avoir voté pour ce film !
Votre commentaire sera validé par notre cher administrateur...
Votre avis sur ce film:
 

Emmanuel Mischler | 13.11.2014 00:58
 
Si on peut émettre des réserves sur le propos et le scénario de ce film, on peut par contre saluer une impressionnante maîtrise du suspense et de l'intensité dramatique, qui fait vivre quelques grands moments d'émotion, et ce, paradoxalement, malgré une sobriété bienvenue (décors épurés, effets spéciaux discrets) qui fait distinguer ce film d'autres productions semblables. Pas mal, M. Nolan.

Flo86 | 10.11.2014 11:30
 
Personnellement, j'ai beaucoup aimé ce film. Oui, le film est long, et certains passages s'étirent... Mais je pense que ces longueurs ne sont pas inutiles. Ce n'est certes pas un film d'action, où tout explose et où tout le monde se tape dessus. Nolan ne fait pas que du Batman... C'est un film qui m'a paru plus "humain" que les dernières réalisations que Nolan a fait. Je pense qu'il s'agit plus d'une histoire de famille, des choix et des conséquences qui peuvent découler de certaines décisions. Mais que les fans d'action se rassurent, certaines scènes sont grandioses! Concernant la musique : J'ai été durant de longues années, fan de Zimmer. Cependant ces dernières années, toutes ses musiques se ressemblaient et me décevaient. Mais pas dans Interstellar. Oui, par moment, le son est bruyant, mais ça ne rend le contraste que plus impressionnant lorsque justement il n'y a plus un bruit (et oui, dans l'espace, personne ne vous entend crier...). Cette musique m'a pris aux tripes et m'a beaucoup aidée à me plonger dans le film. Je pense que le scénario des frères Nolan apporte une nouvelle vision de l'espace, tout en laissant place à notre propre interprétation sur certains phénomènes. Difficile d'en parler sans trop en dire! J'ai été surprise, émue, touchée, intriguée, effrayée... et j'y ai encore réfléchi en sortant du cinéma. C'est ce qui, pour moi, est l'essentiel d'un bon film...

Pierre Ki Roule | 09.11.2014 20:45
 
Long, trop long. Franchement. Si au moins la prise de tête serait demi-heure plus courte cela aurait amélioré la qualité de cette histoire faite pour les universitaires en manque de branlette scientifico-intellectuelle.

vincenzobino | 06.11.2014 20:50
 
Mon avis, vu la note, pourrait paraître a l'opposé de Rémy; mais je le rejoins sur un point: il s'agit du film le plus "pathos" du réalisateur canadien. Mais que les fans de Nolan, dont je suis depuis le début, se rassurent: nous avons droit a un nouveau coup de maître. Impossible de divulguer quoi que ce soit, tant ce voyage intersidéral est passionnant avec un final qui retourne complètement du point de vue scientifique et émotionnel. Parfaitement interprété (mention spéciale a Anne Hathaway, Mc Conaughey et Jessica Chastain surtout), musique de Zimmer aux teintes spatiales rappelant Oldfield (pour ceux qui connaissent) et qualité visuel spatiale magnifique (qui va vous rappeler un grand classique des années 60). A recommander vivement... PS: 2 conseils: renseignez-vous sur la loi de Murphy avant de voir le film et soyez attentifs a tout ce qui se passe durant la première heure...