Film

La Vie d'Adèle - Chapitres 1&2 La Vie d'Adèle - Chapitres 1&2 (v.o)

Date de sortie 09.10.2013
Durée 185 minutes
Age 16/16
Pays France
Distributeur Frenetic
Genre Comédie dramatique
Réalisateur Abdellatif Kechiche
Acteur Adèle Exarchopoulos Léa Seydoux
Note CLAP.CH
 
4.5/5
Note du public
 
1.3/5
  Voir la bande annonce

Synopsis

Ce film est présenté en Compétition au Festival de Cannes 2013.

A 15 ans, Adèle a deux certitudes : elle est une fille, et une fille, ça sort avec des garçons. Le jour où elle aperçoit le bleu des cheveux d'Emma sur la grand'place, elle sent que sa vie va changer. Seule face à ses questions d'adolescente, elle transforme son regard sur soi et le regard des autres sur elle. Dans son amour fusionnel avec Emma, elle s'accomplit en tant que femme, en tant qu'adulte. Mais Adèle ne sait pas faire la paix, ni avec ses parents, ni avec ce monde plein de morales absurdes, ni avec elle-même.

Abdellatif Kechiche

Adèle Exarchopoulos

Léa Seydoux

Critiques

Remy Dewarrat | Lundi 7 octobre 2013
 

Si il devait y avoir polémique contre la dernière merveille d'Abdellatif Kechiche se serait de se demander pourquoi, au générique, le nom de Léa Seydoux apparaît avant celui d'Adèle Exarchopoulos qui incarne le personnage principal de La Vie d'Adèle, chapitre 1 & 2. L'auteur de l'inoubliable Vénus Noire signe une nouvelle fois un film impressionnant de naturalisme. On sent derrière le jeu impeccable des deux jeunes comédiennes un directeur d'acteur d'une rigueur intransigeante, ce qui peut amener parfois à des conflits d'ordre existentiel. Mais existe-t-il vraiment un tournage qui n'en ait jamais été exempt?

Nous ne sommes pas dans une rubrique "people" alors revenons au film tel qu'il est sur l'écran et non à sa fabrication, étape de la création d'un film qui ne devrait pas influencer les futurs spectateurs. La vie d'Adèle n'est pas celle d'une aventurière ou d'une femme d'action dans le sens divertissant du terme, c'est celle d'une jeune fille qui décide de sa vocation et s'y tient coûte que coûte: elle veut être maîtresse d'école. Elle tombe amoureuse d'Emma qui elle aussi s'accroche à sa vocation d'artiste-peintre.

Abdellatif Kechiche prend son temps pour développer cette relation qui passe par différents stades comme la passion, les conflits, les trahisons et tout ce qui peut perturber, en bien ou en mal, un couple. L'homosexualité féminine n'est pas du tout le sujet du film c'est un choix personnel et il serait présomptueux d'en tenir rigueur à son réalisateur. Il filme les corps d'Adèle et d'Emma dans une totale pudeur en donnant une grande importance aux sons émis pendant leurs ébats qui deviennent des objets sensuels et non excitants, ce qui ferait tomber le long métrage dans la vulgarité la plus racoleuse.

Et il y a tout le reste. Chaque séquence donne l'impression d'avoir été saisie sans l'intervention d'une quelconque mise en scène. Et c'est là tout le talent d'Abdellatif Kechiche, il observe très scrupuleusement ce qu'il voit en prenant toujours le recul nécessaire pour ne pas sombrer dans l'artificiel. Sa caméra filme les gens au plus près en restant à distance et, par conséquent, le spectateur devient le témoin privilégié de l'intimité d'Adèle et d'Emma. On ne prend partie ni pour l'une, ni pour l'autre. Elles sont sur un même pied d'égalité.

La Vie d'Adèle, chapitre 1& 2 est une tranche de vie comme l'indique clairement son titre. C'est un petit passage de l'existence d'une jeune fille qui découvre la sexualité et l'amour. Et si ce dernier n'a rien d'extraordinaire, il est d'une justesse et d'une beauté peu communes pour autant que l'on y soit sensible.

Merci d'avoir voté pour ce film !
Votre commentaire sera validé par notre cher administrateur...
Votre avis sur ce film:
 

jjff | 01.12.2013 13:53
 
Sans la scène hard de près de 7 minutes, 178 minutes pour faire une sieste...

Vincent B. | 23.10.2013 08:29
 
Une grosse daube. Trois heures d'une projection éreintante de clichés (sexistes, sociaux, à ce propos pas étonnant que les petits bourgeois du jury de Cannes s'y soient reconnus), de dialogues indigents, d'interprétations à la ramasse. Si mes souvenirs sont bons, je ne m'étais plus pareillement ennuyé au cinéma depuis "From Paris With Love". Vous voilà avertis.

Pseudo | 14.10.2013 21:56
 
"La Vie d'Adèle" est l'anti-thèse de "Amour" de Michael Hanneke, la précédente palme d'or, celui-ci étant un authentique chef-d'oeuvre. Même thématique, même cinématographie, mais là où le premier cherche son sujet à gros sabots, le second nous y fait entrer dans toute sa dimension universelle, touchant plus profond de ce que chacun peut aller. "Adèle" peut se voir retiré les scènes de sexe limite pornographique dans leur procédé (la plus longue dure 6 m 45), les engueulades pas crédibles pour un sou, il en gagnerait grandement. Un faux bon film vendu comme un chef-d'oeuvre par la presse française embourbée dans l'esprit "Loi Taubira".