Film

L'Oncle Charles L'Oncle Charles (v.o)

Date de sortie 21.03.2012
Durée 98 minutes
Age 10/12
Pays
Distributeur Pathé Distribution
Genre Comédie
Note CLAP.CH
 
3/5
Note du public
 
2.1/5

Synopsis

En Nouvelle-Zélande, un richissime homme d’affaires d’origine française, Charles Doumeng, voit basculer sa vie en apprenant qu’il est atteint d’une maladie incurable. Sexagénaire, sans famille ni héritier et n’ayant plus que quelques semaines à vivre, éprouvant un soudain regain d’affection, il se met à la recherche de sa soeur, qu’il n’a pas revue depuis cinquante ans, dans l’ouest de la France.
A Mauprivez, petit village de la région nantaise, Corinne, trente-cinq ans, clerc de notaire, gros besoin d’argent, tombe sur l’annonce que Charles a écrite pour retrouver sa soeur, et dont la récompense est énorme. Elle part à la recherche de cette inconnue, sans succès, et décide, avec l’aide de son entourage, de lui former une famille sur mesure…
La supercherie marche du tonnerre. A l’autre bout du monde, Charles est aux anges, heureux d’avoir enfin trouvé des héritiers. Mais la vie réserve des surprises et les bonnes nouvelles n’arrivent jamais seules… Charles a été victime d’une erreur de diagnostic, il n’a jamais été malade !
Fou de joie, il décide de venir en France pour rencontrer sa nouvelle famille.
Les emmerdes commencent…
Critiques

Jeanne Rohner | Lundi 19 mars 2012
 

Etienne Chatiliez, créateur de comédies à succès, aime user d’un humour grinçant pour partager sa vision plus ou moins critique de la classe moyenne et de la société en général. Après Agathe Cléry qui a reçu un accueil mitigé, le réalisateur relance la machine en faisant à nouveau appel à Eddy Mitchell qu’il avait dirigé dans Le bonheur est dans le pré.

Dans L’oncle Charles, on retrouve avec plaisir sa verve à dépeindre une famille en marge de la société ainsi que le gouffre qui sépare les riches des pauvres. Des thèmes chers au réalisateur qui sont rassemblés en une sorte de grande farce où tous les excès sont permis – pour peu que l’on prenne tout cela sur le ton de la satire.

Le premier quart d’heure du film nous fait pourtant pressentir que rien n’est gagné, et ce malgré le talent de la scénariste Florence Quentin qui a signé La vie est long fleuve tranquille, Tatie Danielle et Le bonheur est dans le pré. Mais, alors que les scènes chez le riche homme d’affaire terré dans son manoir en Nouvelle Zélande s’enchaînent et commencent à lasser, l’histoire prend un nouveau tour lorsque l’on suit, en France, la composition de la famille imaginaire idéale sensée accueillir le vieil oncle. Valérie Bonneton et Alexandra Lamy vont alors pratiquement porter le film à elles seules ; l’une par son incarnation exaltée d’une clerc de notaire très ambitieuse, l’autre par l’énergie qu’elle porte à son personnage, mère célibataire plutôt heureuse malgré le milieu plus que modeste dans lequel elle baigne. Les autres acteurs sont malheureusement vite effacés et Eddy Mitchell fait pâle figure à côté de ce duo déchaîné. Au final, le scénario est sans surprise et la couleur satirique perd de sa force. Certains personnages, amenés par des situations trop facilement attendues, vont alors tomber dans la caricature – le couple d’adolescents « incestueux » est un exemple. Globalement, de bons moments de rigolade sont au rendez-vous, même si l’adepte de l’œuvre plus acerbe et critique de Chatiliez restera certainement sur sa faim.

Merci d'avoir voté pour ce film !
Votre commentaire sera validé par notre cher administrateur...
Votre avis sur ce film:
 

Johanna | 28.04.2012 01:42
Un film qui malheureusement s'essouffle rapidement. Trop de longueurs. Eddy Mitchell et les autres acteurs sont formidables. C'est probablement le scénario qui pêche un peu et qui manque un peu de peps. Un film qui pourrait être plus réussi mais qui se laisse voir. Pas le meilleur Chatiliez.

CONCOURS Gagnez des goodies et des places pour aller voir le film

Participer