Film

Cloclo Cloclo (v.o)

Date de sortie 14.03.2012
Durée 148 minutes
Age 7/12
Pays
Distributeur StudioCanal
Genre Biopic
Réalisateur Florent Emilio Siri
Acteur Janicke Askevold Marc Barbé Jérémy Charbonnel [+]
Note CLAP.CH
 
3/5
Note du public
 
3/5

Synopsis

Cloclo, c’est le destin tragique d’une icône de la chanson française décédée à l’âge de 39 ans, qui plus de trente ans après sa disparition continue de fasciner. Star adulée et business man, bête de scène et pro du marketing avant l’heure, machine à tubes et patron de presse, mais aussi père de famille et homme à femmes…

Cloclo ou le portrait d’un homme complexe, multiple ; toujours pressé, profondément moderne et prêt à tout pour se faire aimer.

Florent Emilio Siri

Janicke Askevold

Marc Barbé

Jérémy Charbonnel

Edouard Giard

Ana Girardot

Joséphine Japy

Maud Jurez

Robert Knepper

Benoît Magimel

Sophie Meister

Jérémie Renier

Eric Savin

Monica Scattini

Sabrina Seyvecou

Critiques

Laurent Scherlen | Lundi 12 mars 2012
 

POUR

A l'issue de la projection de Cloclo, l'évidence apparaît plus aveuglante qu'un flash en plein visage: Florent Emilio Siri est parvenu avec son film à supplanter tous les biopics réalisés à ce jour. Et prouve notamment qu'une biographie filmée (même si le terme "film musical" s'adapte bien mieux au long-métrage) ne signifie pas forcément abandon des prétentions artistiques et effacement du point de vue. Là où Olivier Dahan oeuvrait dans la vaine image léchée avec son pitoyable La môme, Siri propose un vrai film de cinéma doté d'une réalisation véritablement ahurissante de maîtrise technique et d'idées de mise en scène.

Suivant la trajectoire de Claude François depuis sa naissance en Egypte jusqu'à son décès Boulevard Exelmans à Paris, le metteur en scène imprime à son film un pouls de plus en plus rapide, le film se resserrant comme dans un entonnoir au fur et à mesure que l'histoire se déroule. Ainsi, aux ellipses du début, le metteur en scène adoptera un rythme de plus en plus resserré autour des heures, des minutes, et finalement des secondes (la séquence de la mort de Cloclo), soumettant in fine le film au rythme de vie du chanteur lui-même.

L'autre grande idée du film consiste à utiliser les chansons de Claude François comme illustrant les différentes étapes de sa vie, à l'image de 17 ans, que l'on entend au début du métrage, lorsque la future vedette est un adolescent et n'a encore composé aucune chanson. On se rend compte alors de la grande influence de la vie du chanteur sur ses oeuvres (Comme d'habitude, Cette année-là, Le mal-aimé, etc...), l'existence même de Cloclo pouvant se décrypter au travers des paroles de ses chansons.

Partant du postulat que la maniaquerie, l'opiniâtreté et le souci du détail légendaires de Claude François viendraient du manque de reconnaissance de son père, Siri livre fondamentalement un film s'attachant à dépeindre la relation entre un père et son fils, ce dernier s'évertuant toute sa vie à vouloir prouver à son papa que son choix était le bon et que son travail de "saltimbanque", comme le décrivait son père, était finalement le meilleur pour lui. Oeuvre profondément intimiste, Cloclo ne s'inscrit en outre jamais comme une hagiographie mais se veut avant tout honnête et sincère dans sa description d'un homme dont les aspérités n'avaient d'égal que le caractère insaisissable de sa personnalité.

Toujours au plus proche de son héros, Florent Emilio Siri ponctue son film de plans-séquences absolument renversants, à l'image de la scène suivant Claude François depuis son appartement jusqu'à son bureau, en passant par sa voiture assaillie de groupies. La caméra semble faire fi des obstacles (on entre dans le véhicule, ce dernier se met en marche, roule, la caméra ressort de la voiture, etc...), dans une fluidité proprement sublime qui laisse pantois. La prouesse technique inspire le plus grand des respects, non seulement par sa forme, mais également par le sens qu'elle produit, en nous faisant partager à la seconde près et sur une durée jamais dilatée le quotidien de la star et ce que ce dernier pouvait ressentir, créant ainsi une empathie immédiate pour un homme qui se sera finalement laissé détruire par son souci de reconnaissance paternelle. Chez Siri, la forme dicte toujours le fond, ce qui finalement constitue le propre du cinéma.

Soulignons enfin la magistrale interprétation de Jérémie Rénier, ce dernier parvenant à faire oublier dès ses premières apparitions qu'il est un comédien incarnant Claude François, tant son talent parvient à nous faire croire que l'on se trouve véritablement devant Cloclo lui-même (nul mimétisme, mais une incarnation troublante parvient à créer ce magnifique et déstabilisant subterfuge).

Oeuvre pourvue d'une émotion permanente et d'une mise en scène de très haute volée, soutenue en outre par une partition d'Alexandre Desplat à faire chavirer les coeurs, Cloclo se ressent de la première à la dernière image, et s'impose comme le meilleur film de son réalisateur.


Fabio Gramegna | Lundi 12 mars 2012
 

CONTRE

Cloclo de Florent-Emilio Siri est un biopic décevant. Entendons-nous bien : cet avis ne vaudra sans doute pas pour les fans de Claude François. Ces derniers – déjà prêts à jeter leurs tomates pourries (heureusement qu’il y a un écran entre nous) – seront heureux de revivre les événements de sa vie et écouter ses tubes à plein tube dans une salle obscure. Cependant, parlons ici au nom de ceux qui s’attendent juste à voir un bon film. Car il faudrait vraiment être aveugle pour parler ici de réussite. Mais vous, Ô visiteurs de Clap, ne l’êtes certainement pas (ou vous ne liriez pas ces lignes).

Cloclo a pour ambition de raconter l’histoire de Claude François de l’enfance à la mort, en 148 minutes. Mauvaise idée. « Mais pas de problème » semble s’être dit le scénariste Julien Rappeneau, « il n’y  a qu’à choisir les moments les plus marquants de sa vie et les mettre les uns après les autres ». Cloclo est énervé et pleure son papa ? On prend ! Il jouera du tam-tam et saignera des mains. Bouclé en 46 secondes : ça, c’est fait. Cloclo tombe amoureux d’une fille, puis séparation et chaudes larmes ? On prend ! Temps attribué ? Allez, 3 minutes 21. Cloclo meurt dans sa baignoire ? Ha, ça c’est super important ! Il faut bien que les gens comprennent que l’accident était ridicule mais aussi que les proches et fans étaient très très tristes ensuite. De notre côté, on croit rêver face à ce qui ressemble plus souvent à une sitcom kitsch et romancée (surtout dans sa première partie) qu’à un long métrage de cinéma. Ici, aucune vision originale telle qu’avait pu l’être par exemple Gainsbourg (vie héroïque) : non, juste une biographie linéaire et superficielle. Et ce n’est pas les magnifiques perruques de Jérémie Renier ni le superbe maquillage de carnaval de Benoît Magimel qui nous feront changer d’avis.

Heureusement, tout n’est pas à jeter pour autant. Les auteurs ont eu la bonne idée de ne pas tenter de rendre Claude François meilleur qu’il ne l’était. On découvre ainsi un homme très exigeant, contrôlant les moindres faits et gestes de tout son entourage ou encore coureur de jupons. Il n’est pas forcément très agréable de suivre la vie d’un type énervant mais au moins, il n’y a pas mensonge sur la marchandise. Ensuite, du point de vue de la forme, l’œuvre est plaisante à voir. Florent-Emilio Siri s’est notamment fait plaisir avec quelques plans séquences à la Paul Thomas Anderson (Boogie Nights) qui ont l'avantage de laisser plus de temps au spectateur pour s’imprégner de l’atmosphère de l'époque et des personnages.

Au final, le constat est donc mitigé : malgré la bonne prestation de Renier et des autres acteurs, voici un film à réserver aux fans de Cloclo. Ou en tout cas, à ceux, qui savent déjà qu’il était quelqu’un de… peu sympathique (ou il risquerait de ne plus être votre idole). Quoique si vous le savez déjà, il y a peu d’intérêt… Bref, les autres retourneront plutôt voir Podium.

Merci d'avoir voté pour ce film !
Votre commentaire sera validé par notre cher administrateur...
Votre avis sur ce film:
 

alexia 7 | 30.04.2012 19:08
la ressemblance est fascinante;J'ai retrouvé une partie de mon enfance ou j'etais habillée comme cela.Excellent film

Rossier | 18.04.2012 17:48
Tout simplement magnifique!!! Un très bon film, retraçant fidèlement l'histoire de Claude François

Lucie | 06.04.2012 23:40
Ce film fut pour moi une heureuse surprise. Au départ, je ne voulais même pas aller le voir: voir l'histoire d'un chanteur mort plus de 10 ans avant ma naissance, bof bof. Et bien j'avais tord: ce film est très bien fait. On ne s'ennuie pas une seconde malgré les 2h30! l'histoire est effectivement fluide et c'est extrêmement bien filmé. Jérémie Rénier effectue une performance remarquable et il mérite un prix d'interprétation tant il est crédible en chanteur des années 70.Le scénario est très réussi. L'image est très belle. Les actrices qui jouent les femmes qui ont partagé la vie de cloclo sont très bien choisies. La bande son est une totale réussite. Un très beau film.

Albus | 01.04.2012 09:21
Je respecte ton choix Jill, mais on peu pas comparer "Podium" qui est une parodie sur un sosie de Claude et "Cloclo" qui est un biopic. Moi aussi j'ai aimé Podium mais aucune comparaison ne peut être faite à mon humble avis. Et pour M6, désolé, mais je ne regarde pas la TV ;-)

Jill | 31.03.2012 16:04
Je suis également fan de Cloclo, mais j'ai trouvé le film ennuyeux et plus adapté à un dimanche après-midi sur M6 qu'à un grand écran, surtout dans la première partie. Bref, je préfère Podium.

Albus | 31.03.2012 07:38
Oui, je suis fan de Cloclo. Mais je suis allé voir ce film en étudiant vos remarques cinématographiques. Eh bien, je n'ai pas eu une minute l'impression de voir un mauvais film. Tout est fluide, clair, linéaire. Avec la magie de retrouver un Claude François plus vrais que nature (merci Jérémie Renier) , je n'ai pas vu passer les 2h30. Pour moi, Cloclo c'est 5 claps !