Film

Drive Drive (v.o)

Date de sortie 12.10.2011
Durée 100 minutes
Age 16/16
Pays
Distributeur Wild Side Films / Le Pacte
Genre Thriller
Réalisateur Nicolas Winding Refn
Acteur Sarah Adela Tirado James Biberi Albert Brooks [+]
Note CLAP.CH
 
5/5
Note du public
 
4.3/5

Synopsis

Un jeune homme solitaire, "The Driver", conduit le jour à Hollywood pour le cinéma en tant que cascadeur et la nuit pour des truands. Ultra professionnel et peu bavard, il a son propre code de conduite. Jamais il n’a pris part aux crimes de ses employeurs autrement qu’en conduisant - et au volant, il est le meilleur !
Shannon, le manager qui lui décroche tous ses contrats, propose à Bernie Rose, un malfrat notoire, d’investir dans un véhicule pour que son poulain puisse affronter les circuits de stock-car professionnels. Celui-ci accepte mais impose son associé, Nino, dans le projet.
C’est alors que la route du pilote croise celle d’Irene et de son jeune fils. Pour la première fois de sa vie, il n’est plus seul.
Lorsque le mari d’Irene sort de prison et se retrouve enrôlé de force dans un braquage pour s’acquitter d’une dette, il décide pourtant de lui venir en aide. L’expédition tourne mal…
Doublé par ses commanditaires, et obsédé par les risques qui pèsent sur Irene, il n’a dès lors pas d’autre alternative que de les traquer un à un…

Nicolas Winding Refn

Sarah Adela Tirado

James Biberi

Albert Brooks

Christian Cage

Bryan Cranston

Cesar Garcia

Ryan Gosling

Christina Hendricks

Oscar Isaac

River Stone Mckeever

Carey Mulligan

Chris Muto

Tiara Parker

Ron Perlman

Critiques

Loïc Valceschini | Lundi 10 octobre 2011
 
Auréolé lors du festival de Cannes pour sa mise en scène, le Danois Nicolas Winding Refn n'en est pourtant pas à son premier essai. Après la trilogie des Pusher, Bronson et Valhalla Rising, il ajoute une pièce forte – n'ayons pas peur des mots: un chef-d'oeuvre – à sa filmographie. En effet, ovni dans l'usine hollywoodienne, Drive s'impose comme la révélation de l'année; un film d'une puissance rare, aux émotions brutes, qui remuent notre coeur de cinéphile impuissant comme peu d'oeuvres parviennent à le faire.

Et pourtant, ça n'était pas gagné d'avance. Doté d'un pitch peu original – celui d'un conducteur mi-gangster qui tombe amoureux de sa voisine – Drive se construit sur des stéréotypes, mais pour mieux les retourner. Avec son approche directe et implicite, Refn établit peu à peu des personnages aliénés d'un monde qui leur apparaît étranger, mais duquel ils ne sont finalement pas si marginaux. L'approche peut paraître naïve, mais elle est surtout très honnête. Tout comme l'empathie, aucunement imposée, qui apparaît en nous de manière si naturelle, tant les personnages et les situations dans lesquelles ils évoluent se révèlent authentiques. La tension exponentielle qui se construit ne peut que mener à l'explosion finale, foudroyante et inexorable.

L'autre force du film, et le jury de Cannes a su le relever, c'est sa mise en scène. A la fois effacée et discrète, elle témoigne pourtant d'une maitrise absolue, avec ses travelling arrière; ou ses ralentis, jamais forcés, toujours sublimes, qui accroissent la tension sèche de certaines scènes, ou qui rallongent les quelques moments de félicité que les protagonistes parviennent à dérober à l'univers violent qui les entoure. Belle et fatale, la violence, elle, n'est jamais gratuite mais bien pathologique, comme le montrent les accès de rage du protagoniste, suite auxquels il transpire, se mue. Un monstre, mais un monstre humain. Ryan Gosling en impose par sa prestance scénique, quasi-mutique mais loquace par ses actes. Quant à Carey Mulligan, elle adoucit une atmosphère pesante, non par sa mélancolie et sa tristesse translucides, mais par sa tendresse, chaleureuse et réconfortante. Tous deux forment un couple de protagonistes parfait, dont l'osmose n'est pas assurée par une overdose de dialogues, mais bien par des échanges de regards et de non-dits. Baignant dans les films de ses modèles, Refn s'appuie sur ses ainés (William Friedkin, David Cronenberg) pour nous fournir un film puissant, qui lorgne sur le passé: titres roses, sublime musique électro-pop (mélange de compositions de Cliff Martinez et d'emprunts), vêtement atemporels. Tout échappe à notre époque contemporaine, sauf les émotions, bien présentes et estomaquantes. On ressort donc titubant de ce film coup-de-poing, aussi éthéré que les protagonistes du récit. On se demande même si nos yeux n'ont pas rêvé la perfection à laquelle on vient d'assister. Un mirage au pays cinématographique? Non, il s'agit bien de Drive et ça serait de la folie totale que de passer à côté.
Merci d'avoir voté pour ce film !
Votre commentaire sera validé par notre cher administrateur...
Votre avis sur ce film:
 

Rosat Gashi Catherine | 25.10.2011 04:12
Je suis allée voir ce film avec mon mari, j'ai adoré par contre lui pas tellement. Sans doute parce que c'est à la base une histoire romantique d'amour qui vire au cauchemar! J'ai adoré les scènes comment elles sont filmées. Et je trouve que les films sont souvent filmé trop vite tandis que celui-ci pas...!

CONCOURS 4 X 2 invitations à gagner pour "Visages d'enfants" au City-Club à Pully

Participer