Film

Le Hobbit : un voyage inattendu The Hobbit : An Unexpected Journey (v.o)

Date de sortie 12.12.2012
Durée 165 minutes
Age 14/14
Pays Nouvelle-Zélande (New Zealand) , États-Unis (United States)
Distributeur Warner Bros
Genre Aventure
Réalisateur Peter Jackson
Acteur Richard Armitage Jed Brophy Martin Freeman [+]
Note CLAP.CH
 
5/5
Note du public
 
4.5/5
  Voir la bande annonce

Synopsis

« Bilbo le hobbit » suit les aventures du personnage principal Bilbo Sacquet, entraîné dans une quête héroïque pour reprendre le Royaume perdu des nains d’Erebor, conquis longtemps auparavant par le dragon Smaug. Abordé à l’improviste par le magicien Gandalf le Gris, Bilbo se retrouve à intégrer une compagnie de 13 nains menée par Thorin Ecu-de-Chêne, guerrier légendaire. Ce voyage les emmènera au Pays sauvage, à travers des territoires dangereux grouillant de gobelins et d’orques, de wargs assassins et d’énormes araignées, de changeurs de peau et de sorciers.

Voir Le Hobbit : La désolation de Smaug   (2013)

Voir Le Hobbit : Histoire d'un Aller et Retrour  (2014)

Lien officiel: www.thehobbitmovie.ch

© 2012 Warner Bros. Ent. All Rights Reserved. The Hobbit: An Unexpected Journey and The Hobbit, names of the characters, events,  items and places therein, are trademarks of The Saul Zaentz Company d/b/a Middle-earth Enterprises under license to New Line Productions. Inc

Peter Jackson

Richard Armitage

Jed Brophy

Martin Freeman

Stephen Hunter

Ian McKellen

Graham McTavish

James Nesbitt

Dean O'Gorman

Lee Pace

Mikael Persbrandt

John Rawls

Andy Serkis

Ken Stott

Aidan Turner

Critiques

Remy Dewarrat | Lundi 10 décembre 2012
 

Peter Jackson organise de somptueuses retrouvailles avec La Terre du Milieu. Le premier volet de sa trilogie consacré au livre de J.R.R. Tolkien tient toutes ses promesses et on attend déjà la suite avec beaucoup d'impatience. Et finalement, heureusement que ce soit lui aux commandes de cette entreprise, car il faut se l'avouer, il s'est approprié cinématographiquement l'oeuvre de cet auteur incroyable qui n'en finit pas de passionner, de la manière la plus naturelle possible.

Le film n'a pas plus d'un quart d'heure à son compteur que l'on a droit à l'attaque d'Erbor le royaume des Grands Nains par un dragon cracheur de feu. Le ton est donné, nous revoilà, onze ans après La Communauté de l'anneau, en plein coeur de La Terre du Milieu. Peter Jackson maîtrise l'action en alternant des plans rapprochés très mouvants et des vues beaucoup plus larges réalisées dans des mouvements de caméra très fluides, ce qui nous permet de tout le temps bien situer l'action à proprement parlé et d'apprécier le travail dantesque des milliers de petites mains qui ont rendu possible ce que l'on voit à l'écran, et on est servi. Il y a pléthore de scènes d'anthologie, une utilisation minutieuse du ralenti et une 3D astucieuse, qui ne cherche jamais à en faire des tonnes. On est face à un spectacle d'aventure hors norme et on se laisse happé par tant de maestria.

Tous les techniciens fournissent là leur meilleur, comme Howard Shore qui joue magistralement sur les nombreux thèmes composés pour la trilogie du Seigneur des anneaux, qu'il incorpore à un nouveau matériau absolument remarquable, dont une pièce de cuivres sur le final d'anthologie. L'image, le montage, les costumes, les décors, les maquillages, les accessoires et les effets spéciaux sont au diapason.

Le film s'ouvre sur de vielles connaissances puisque les premiers comédiens que l'on voit  à l'écran sont Ian Holm et Elijah Woods. On y retrouve aussi avec plaisir Ian McKellen, Cate Blanchett, Hugo Weaving, Christopher Lee et le binôme Gollum Sméagol, alias Andy Serkis qui est aussi crédité comme réalisateur de la seconde équipe. On les sent tous ravis de retrouver cet univers qui les a profondément imprégnés, il y a onze ans. On découvre aussi de nouvelles têtes, une douzaine de Grands Nains et Martin Freeman qui incarne Bilbon Sacquet (Bilbo Baggins). Celui que l'on connaît entre autres sous les traits du Docteur Watson dans la série Sherlock où il donne la réplique à l'excellent Benedict Cumberbatch, crève l'écran. Il tient son personnage de manière irréprochable en lui prêtant des mimiques en parfait accord avec le rôle et il campe un Bilbon superbe, à l'aise dans cet univers comme s'il y était vraiment né.

Bien sûr, on entend déjà des voix pour geindre: "On va encore avoir droit à ces longs plans d'hélicoptère qui suivent une équipe de bonhommes qui court pendant de longues minutes!" et d'autre griefs du style. Mais heureusement que l'on a ces sublimes prises de vue qui montrent une nouvelle fois combien la Nouvelle Zélande recèle des merveilles naturelles qui sont des plus cinématographiques. Et les personnages qui courent font partie du mythe créé par Tolkien, de son imagerie intrinsèque.

Le Hobbit: un voyage inattendu ouvre une trilogie qui s'annonce tout simplement dantesque et Peter Jackson nous prouve clairement que Tolkien sur grand écran, c'est lui et les équipes qui l'aident merveilleusement bien à parvenir à ses fins.

Merci d'avoir voté pour ce film !
Votre commentaire sera validé par notre cher administrateur...
Votre avis sur ce film:
 

Matias Sancho | 09.01.2013 10:08
 
Après une trilogie du « Seigneur des Anneaux » d’une qualité renversante, c’est avec une certaine appréhension qu’on attendait ce prélude du SdA, « Bilbo Le Hobbit ». Dès que Peter Jackson a annoncé son envie de réaliser une nouvelle trilogie sur ce conte destiné à un public plus jeune, on s’est demandé s’il saurait rendre aussi intéressante une quête qui semble, sur le papier, moins palpitante que la quête de Frodon et l’anneau maudit. Ici, il s’agit de reprendre le royaume d’Eredor, capitale du peuple nain envahie par le dragon Smaug qui, appâté par les trésors enfouis dans ses profondeurs, la laisse à l’état de cendres, faisant fuir les survivants nains à travers la Terre du Milieu. Cette mission est menée par Thorin, 12 de ses très sympathiques et bouts-en-trains acolytes, Gandalf et Bilbo Saquet, oncle de Frodon, qui se retrouve propulsé dans cette quête un peu malgré lui à la suite d’une hilarante scène d’un repas très animé. A ma gauche donc, sauver un royaume de nains. A ma droite, sauver le monde de la fureur de Sauron. Quoi qu’en en dise, la balance penche fortement du côté droit et pourtant ! C’est en effet avec un plaisir intact qu’on se lance en compagnie de cette fratrie dans leurs aventures. Certains visages sont de retours avec Ian McKellen en tant que Gandalf le Gris, Ian Holm en vieux Bilbo, le charismatique Hugo « V » Weaving en Elrond, la sublime Cate Blanchett en Galadrielle, Christopher Lee dans le rôle du « encore gentil » Saroumane le Blanc et bien entendu le petit dernier de la bande Elijah Wood dans le rôle du neveu de Bilbo, Frodon. Mais ne vous méprenez pas, ces visages ne sont là qu’un court instant. A part Gandalf, ils ne seront utiles que pour permettre aux spectateurs de reprendre leurs repères dans la Terre du Milieu, raison pour laquelle ils n’apparaissent que dans le premier tiers du film. C’est que Peter Jackson est un homme intelligent, lancer le film sur une base assurée et connue du public est une manœuvre, certes pas très audacieuse, mais qui permet à son public de se laisser progressivement immerger dans cette nouvelle quête. Dès lors, on en oublie peu à peu le Seigneur des Anneaux et on s’identifie peu à peu à cette nouvelle distribution d’acteurs très doués. Leur jeu est fin, drôle, émouvant, hilarant parfois. En tête, l’excellent Bilbo, incarné par l’acteur britannique Martin Freeman, donne à son personnage toute la sympathie, la force et le courage que l’on voue à ces hobbits aux pieds velus. Ian McKellen est fidèle à lui-même, ses expressions légendaires, ses sourires, sa bonhommie donnent à Gandalf les traits d’un magicien bon et avenant. On n’oubliera pas le fabuleux Andy Serkis, encore lui, pour jouer le personnage de Gollum. Un Gollum encore plus « beau », à la qualité visuelle très nettement améliorée (quelle finesse dans ses grimaces lors du jeu des devinettes, ses expressions sont tordantes lorsqu’il se concentre) font de ce personnage un pilier central de l’œuvre de Tolkien. Enfin, on tire notre chapeau à Richard Armitage dans le rôle du prince nain Thorin, pas encore roi car sans domaine sur lequel régner, mais sa bravoure lors d’une scène finale époustouflante, son visage aux traits et yeux semblables à ceux de Viggo « Aragorn » Mortensen, catégorise son personnage en tant qu’icône du guerrier qu’on espérait retrouver dans cette nouvelle saga. La quête, ainsi, bien que moins spectaculaire en terme d’énormités des ennemis (ils n’ont à faire qu’à de stupides trolls et à des orques) distille habilement son piquant de scènes tantôt comiques, tantôt d’action qui ne laissent que peu de moments de répits, incarnés par de toujours aussi superbes plans en hélicoptère des paysages néo-zélandais. Alors peu à peu, Peter Jackson réussit son pari, on en oublie Gimli, Legolas, Aragorn et on s’ébahit devant les haches, les masses et… les rots de cette brave clique de nains dévergondés. On est complètement plongé dans ce nouveau monde, dans ce nouvel univers qui nous berce, qui nous fait oublier la réalité, qui rend si magique les 2h40 du film. Alors, même si au départ, on a quelque peu de la peine à remettre la chronologie des faits dans leur contexte (pour ceux qui n’ont pas lu les livres), on se demande franchement où sont passées les 2h40 du film, le spectacle ayant été bien entendu au rendez-vous, on en ressort presque frustré de devoir attendre une nouvelle année avant la sortie du deuxième volet. Un dernier mot, plus technique, pour parler de la qualité de ce premier film en 3D HFR. Ce procédé distribue 48 images par seconde à l’écran au lieu des traditionnelles 24 ips du cinéma classique. Le résultat est assez bluffant, la netteté et la fluidité de l’image sont au rendez-vous, la qualité des effets 3D, jamais tape à l’œil, donnent aux paysages filmés par le réalisateur une dimension encore plus profonde. On est littéralement happé sur les plans aériens, sur la bataille des géants de pierre ou la course de traîneau du magicien Radagast le Brun. Un critère qu’on vous conseille de respecter pour restituer à l’œuvre de Peter Jackson toute la dimension épique qu’elle mérite.

Laurent | 03.01.2013 23:37
 
Le voir en VO et en VF a totalement changé ma perception pour ce film. Habitué aux doublages français pour Gandalf (Jean Piat), Elrond (Theodor Atkin) ou Galadriel (Déborah Perret) j'ai eu un peu plus de peine à m'immerger dans la version originale, que je ne dénigre de loin pas ! Cette première partie de The Hobbit est magnifique, à couper le souffle et déjà mémorable ! Adapté parfois un peu plus librement que le livre, la première partie du voyage de Bilbo est une pure merveille ! A voir, revoir, et sans modération !

Max | 14.12.2012 16:18
 
Que n’a t’on pas déjà lu ou entendu sur cette oeuvre. Des commentaires les plus élogieux et dithyrambiques jusqu’aux critiques les plus viles et insensées jamais écrites. Chacun y va de sa plume et de son histoire. Certains pisses-froid, intellos ou experts s’en sont donné à coeur joie pour démonter une oeuvre avant même d’avoir vu les premières images. C’est vrai chacun est libre de s’exprimer, et chacun est libre aussi de penser ce qu’il veux de ces écrits. Il semble effectivement que ce soit tendance de tout décrier, de tout critiquer, de tout démonter, et au final pour quel résultat? On a le droit de ne pas aimer, cela ne reste néanmoins qu’une opinion parmi d’autre et non un fait. Pour ma part, le plus sage dans tout cela est de ne rien lire du tout, d’aller voir le film et de me faire ma propre opinion. Quelle soit ensuite partagée ou décriée quelle importance? A chaque époque, le cinéma a eu son maître. N’en déplaise à certains, aujourd’hui c’est le tour de Peter Jackson. Je me rallie à tout ce concert de louange sur cette première partie de la nouvelle trilogie de Peter Jackson. Le Hobbit est un régal. Un régal pour les yeux, pour les oreilles et pour les émotions. Comme le dit Remy, c’est le travail de milliers de gens, chacun dans sa spécialité, et orchestré avec maestria par P.J qui font du Hobbit un pur moment de plaisir. Il suffit juste de se caler confortablement dans le fauteuil et de suivre le guide dans ce fabuleux voyage en Terre du Milieux. Retrouver cette ambiance, retrouver des paysages connu de la Terre du Milieux et en découvrir de nouveaux est un vrai plaisir. Mettre le filtre de l’intellect sur off, et laisser l’enfant refaire surface, et l’enchantement opère. Tout comme pour la trilogie précédente, le casting est juste. Les personnages semblent tout droit sortir du livre comme ce brave Radagast... Ce que j’aimerais, c’est revoir et revoir ce film encore et encore mais cette fois sans bouffeur de pop-corn ou autre nachos qui envahissent mon espace olfactif d’odeur absolument désagréables et qui, de surcroît, ne sont pas en adéquation avec le film... Et c’est sans compter avec les bruits de mastication, les sluuuuurrrrp, et autres désagréments de ce genre. Comment peut on apprécier un film dans ce genre de condition? Je trouve même que c’est un manque de respect. Non seulement pour les autres personnes présente, mais aussi pour le film. Dans ce cas, autant attendre la sortie en DVD et le regarder chez soi. Là au moins ils peuvent manger et boire ce qu’ils veulent faire les commentaires qu’ils on envie de faire sans déranger qui que soit. Allez y! Le Hobbit est à consommer sans modération. Il n’y a aucune contre indication.

Morgoniel | 14.12.2012 11:51
 
Parfait. On en attendait pas mieux. Peter Jackson est un Dieu. Que ceux qui critiquent se fassent manger par gobelin.

Alex | 14.12.2012 08:43
 
Un très bon premier épisode, on ne s'ennuie pas une minute ! Un film qui vaut définitivement la peine d'être vu en salle. (Et merci de développer les commentaires du genre "Du pur navet" qui n'apportent absolument rien)

Johanna. | 13.12.2012 11:50
 
Du pur navet.

Bilbo le Voleur | 11.12.2012 21:13
 
Même s'il n'égale pas son grand frère, "le Seigneur des Anneaux", ce film est une pure tuerie, un film absolument splendide, que je conseille sincèrement à tous ! Les bases d'une trilogie monumentale ont été mises sur les rails et franchement, j'attends avec impatience la suite de leur aventure en 2013 ! Excellent travail, Peter Jackson ! :)

Minnie | 11.12.2012 18:07
 
Tout simplement un grand moment de ciné... Un vrai plaisir de se replonger dans cet univers et de retrouver la Terre du Milieu. Vivement l'année prochaine mais l'attente sera longue.

Albus | 11.12.2012 13:41
 
Peter Jackson a su nous faire revivre les émotions du premier épisode de LOTR avec Le Hobbit. C'est merveilleux et puissant. Les 2h50 passent en un rien de temps. Un plaisir de retrouver des personnages connus. Gollum magnifique. Un retour en terre du milieu réussi. Merci M. Jackson et Merci a Warner Suisse et clap de nous avoir fait plaisir avec cette avant-première Lausannoise.

CONCOURS Gagnez des places pour aller voir "Mare"

Participer