Film

Le Chat du rabbin Le Chat du rabbin (v.o)

Date de sortie 01.06.2011
Durée 89 minutes
Age 7/14
Pays
Distributeur Pathé Films
Genre Animation
Note CLAP.CH
 
3/5
Note du public
 
3.8/5

Synopsis

lger, années 1920. Le rabbin Sfar vit avec sa fille Zlabya, un perroquet bruyant et un chat espiègle qui dévore le perroquet et se met à parler pour ne dire que des mensonges. Le rabbin veut l'éloigner. Mais le chat, fou amoureux de sa petite maîtresse, est prêt à tout pour rester auprès d'elle... même à faire sa bar mitsva ! Le rabbin devra enseigner à son chat les rudiments de loi mosaïque ! Une lettre apprend au rabbin que pour garder son poste, il doit se soumettre à une dictée en français. Pour l'aider, son chat commet le sacrilège d'invoquer l'Eternel. Le rabbin réussit mais le chat ne parle plus. On le traite de nouveau comme un animal ordinaire. Son seul ami sera bientôt un peintre russe en quête d'une Jérusalem imaginaire où vivraient des Juifs noirs. Il parvient à convaincre le rabbin, un ancien soldat du Tsar, un chanteur et le chat de faire avec lui la route coloniale...
Critiques

Nicolas Jacot | Lundi 30 mai 2011
 
Fort de son César remporté en février dernier pour Gainsbourg - (vie héroïque), Joann Sfar revient en adaptant la bande dessinée en cinq tomes dont il est l’auteur.

Histoire d’amour d’un chat pour sa maîtresse avec pour toile de fond l’Algérie colonialiste des années 1920, on y retrouve la qualité des dialogues de la bande dessinée qui fourmillent de références culturelles et religieuses, ainsi que d’un humour caustique. Le film est par ailleurs enrichi d’un jubilatoire petit tacle au colonialisme et à la vision réactionnaire d’Hergé dans Tintin au Congo.

Malheureusement, en choisissant d’adapter cinq bandes dessinées dotées chacune d’un esprit et d’une histoire propres, Sfar ne réussit pas totalement à composer un scénario fluide et cohérent. Ainsi, après une accumulation de petites intrigues anecdotiques, la trame principale ne se met en place que très tardivement, à la moitié du film. 

Outre ce problème d’adaptation qui vient durement casser le rythme et la cadence, le casting vocal est loin d’être totalement convaincant. L’interprétation d’Hafsia Herzi est en effet approximative et trop proche des voix des dessins animés destinés à la petite enfance. A l’inverse, dans la voix du chat, François Morel est admirable, d’une justesse et d’une drôlerie totales. Il ferait même oublier qu’Alain Chabat avait été dans un premier temps pressenti pour ce rôle.

Malgré ses quelques défauts, Le Chat du rabbin bénéficie en revanche  d’un esthétisme remarquable et de sublimes couleurs vives parfaitement adaptées aux effets filtrants des lunettes 3D. Finalement, l’utilisation de la tridimensionnalité bien que n’apportant rien de fondamentalement nouveau, a toutefois le mérite de mettre l’accent sur une 3D composée d’une superposition de plans et non sur la création de véritables volumes qui aurait ainsi totalement dénaturé l’esprit graphique de la bande dessinée.
Merci d'avoir voté pour ce film !
Votre commentaire sera validé par notre cher administrateur...
Votre avis sur ce film:
 

CONCOURS Gagnez des places pour aller voir le film

Participer

CONCOURS Gagnez une affiche dédicacée ou des places

Participer