Film

La vérité nue Where the truth lies (v.o)

Date de sortie 30.11.1999
Durée 107 minutes
Age -/-
Pays
Distributeur
Genre Thriller
Note CLAP.CH
 
3/5
Note du public Aucun vote

Synopsis

Un film habile et sexy. D'après l'oeuvre de Rupert Holmes, une somptueuse fable sur le cirque du show-business et sa duplicité.   1959. Lanny Morris et Vince Collins sont deux imenses stars. Riches, puissants, populaires, ils sont à l'apogée de leur carrière, quand un événement terrible vient tout remettre en question. Après une nuit de fête en compagnie des deux célébrités, une jeune femme est mystérieusement trouvée morte dans leur suite. Leur réputation est ternie, mais tous deux fournissent un alibi en béton qui les blanchit. Cependant, cet événement marque aussi la fin de leur collaboration. Lanny et Vince réussissent à poursuivre une carrière solo, mais n'évoqueront plus jamais la mort de cette femme. 15 ans plus tard, une journaliste prometteuse, Karen O'Connor, enterprend une enquête sur cette nuit fatidique, déclenchant des événements dont elle perd le contrôle.
Critiques

Remy Dewarrat | Dimanche 28 novembre 1999
 
Atom Egoyan signe une uvre aussi sensuelle par sa mise en scène que troublante par son propos. Il nous immerge dans le monde pas très sympathique de deux stars de la télévision américaine en 1959. Lanny Morris et Vince Collins sont les présentateurs vedettes du téléthon, mais cette année-là, on retrouve le corps d'une jeune fille dans leur chambre d'hôtel. Evidemment, grâce à leur notoriété, ils parviennent à se sortir d'affaire. Que s'est-il passé? Par un caléidoscope dont il a lui seul le secret, Egoyan mêle très astucieusement les faits et l'enquête d'une jeune journaliste qui, pour parvenir à ses fins, n'hésite pas à se rapprocher physiquement des deux anciennes stars du petit écran, quinze ans plus tard. En gros, et c'est le point fort du film, la fouineuse utilise la perversion pour mieux confondre ses sujets. Sous les paillettes d'un monde hypocrite par excellence, elle découvre la fange d'êtres abjects à l'égocentrisme démesuré. Kevin Bacon et Collin Firth sont tout bonnement parfaits dans leurs rôles de parvenus retords et Alison Lohman leur tient tête de manière remarquable. Egoyan montre une nouvelle fois, qu'il est un cinéaste captivant dont la matière première très riche est la noirceur dont peut faire preuve l'âme humaine.
Merci d'avoir voté pour ce film !
Votre commentaire sera validé par notre cher administrateur...
Votre avis sur ce film: