Film

L'Exorcisme d'Emily Rose L'Exorcisme d'Emily Rose (v.o)

Date de sortie 07.12.2005
Durée 119 minutes
Age -/-
Pays
Distributeur
Genre Thriller
Note CLAP.CH
 
3/5
Note du public Aucun vote

Synopsis

Titre original : The Exorcism of Emily Rose Lorsque Emily Rose quitte sa province, c'est pour aller étudier à l'université. Une nuit, seule dans sa chambre d'étudiante, elle est la proie d'hallucinations et d'une rencontre surnaturelle qui la laissera épouvantée. Convaincue qu'elle est harcelée par les forces démoniaques, Emily sombre peu à peu, victime de symptômes de plus en plus spectaculaires. Perdue et terrifiée, Emily demande au prêtre de sa paroisse, le père Richard Moore, de l'exorciser... Au terme du combat contre sa possession, la jeune fille trouve la mort. Accusé d'homicide par imprudence, le père Moore se retrouve au coeur d'un procès qui va ébranler les convictions de tous. Défendu par Erin Bruner, une célèbre avocate qui ne croit pas au surnaturel, Moore n'a plus l'ambition d'être innocenté, il veut simplement que tout le monde sache ce qui est réellement arrivé à Emily...
Critiques

Remy Dewarrat | Lundi 5 décembre 2005
 
Nous sommes donc en présence d'une histoire vraie : un prêtre passe sur le banc des accusés pour un exorcisme raté. Comprenez par là qu'une jeune fille est morte suite à une tentative de désenvoûtement. Alors, film d'horreur ou film de procès? Un peu des deux, car, d'un côté, on suit le jugement de ce prêtre et ses relations avec son avocate et, de l'autre, le cinéaste nous offre dans des flashes back, les différents points de vue des protagonistes. Et c'est cette construction habile qui donne tout son intérêt au film en permettant à chaque spectateur de se faire sa propre opinion. Ceux qui n'ont que les pieds sur terre retiendront les thèses de l'accusation qui certifie qu'Emily souffrait d'épilepsie virulente et probablement d'une maladie psychotique. Ceux qui sont plus sensibles au paranormal ou autres croyances seront interloqués par les thèses de l'homme d'église qui soutient que la pauvre adolescente était possédée non pas par un démon, mais six, dont Lucifer en personne. De plus, l'intégralité de la «cérémonie» figure sur un enregistrement audio qui est la pièce à conviction la plus troublante de ce procès. Une autre très bonne idée est d'avoir fait du personnage de l'avocate, une arriviste alcoolique mondaine qui n'accepte le cas que pour voir son nom figurer sur la porte de son cabinet. Laura Linney donne à cette femme tout le scepticisme que requiert le rôle avant, et c'est un peu dommage, d'être à son tour victime d'une présence maléfique. En curé convaincu, Tom Wilkinson réalise une performance tout en finesse. Comme il le dit lui-même, la prison ne l'inquiète pas, il tient juste à faire part de son expérience primordiale dans cette affaire. Notons encore l'excellente prestation du trop rare Campbell Scott en procureur général et la sublime partition de Christopher Young qui est l'un des maîtres incontestés de l'angoisse musicale : souvenez-vous de sa terrifiante composition pour «The Grudge».
Merci d'avoir voté pour ce film !
Votre commentaire sera validé par notre cher administrateur...
Votre avis sur ce film: