Film

Jindabyne Jindabyne (v.o)

Date de sortie 02.05.2007
Durée 123 minutes
Age -/-
Pays
Distributeur
Genre Drame
Note CLAP.CH
 
3/5
Note du public Aucun vote

Synopsis

Bande-Annonce Apple D'origine irlandiase, Stewart Kane vit en Australie, dans la petite ville de Jindabyne.    4 amis partent en week-end de pêche dans une vallée isolée. Avant même la fin du premier jour, l'un d'eux (Gabriel Byrne), trouve un cadavre de jeune femme, une aborigène, flottant dans la rivière. Au lieu de véritablement s'en inquiéter et d'aller directement avertir la police locale, les 4 hommes décident d'un commun accord de continuer leur partie de pêche et d'annoncer la nouvelle une fois de retour chez eux. Evidemment, cette décision aura des conséquences imprévisibles qui mettront sans dessus dessous leurs vies et leurs relations.  A leur retour, ils ont confrontés à la colère et l'incompréhension de toute communauté.   Ce sera l'occasion de révéler les secrets enfouis par des années de vie commune et d'exacerber les sentiments de haine et d'amour qui agitent plus que jamais les habitants de Jindabyne.   Age légal: 14 ans Age suggéré: 16 ans
Critiques

Jean-Marc Detrey | Lundi 30 avril 2007
 

On nage ici en plein cinéma australien, avec cette constante confrontation de l'Humain à son environnement naturel. Peut-être n'est-ce pas autant fort que chez un Peter Weir, mais le titre même du film raconte ce duel éternel. 

Jusqu'au retour à la civilisation des pêcheurs, tout va bien. Le film distille une ambiance véritablement inquiétante, à l'aide de nombreux zooms sur la nature, d'un univers musical étrange d'où une voix surgit de temps à autre.

Jindabyne est une ville qui a été déplacée sur les hauteurs d'une colline après qu'il ait été décidé d'inonder la vallée pour en faire un lac. Sous ces eaux, l'ancienne ville dort, pleine de secrets, de douleurs enfouies, de frustrations.

On sent la menace planer, on sent l'odeur de mort se profiler et l'on se perd en admiration devant la réalisation très douce de Ray Lawrence.

Et c'est là que le film amorce un virage qu'il n'aurait jamais dû prendre. Le drame s'installe, les secrets ressurgissent et l'on s'enfonce peu à peu dans les méandres du film d'auteur, dans tout ce qu'il a de plus cliché. Des crises de couples qui n'en finissent pas, une symbolique lourdingue des non-dits qui ressurgissent à la surface à la manière de ce corps inerte, un parallèle constant entre cette ville morte et l'âme des personnages...

Tout semble tellement bateau et facile que l'on espère vite une rectification du tir. Rien n'en fait, jusqu'au climax qui, sans être forcément exceptionnel, convainc malgré tout. Et l'image finale réussit, en l'espace de quelques secondes, à réinstaurer cet affreux climat d'angoisse du début, plus palpable que jamais.

La frustration est là, on aurait aimé des choix différents et que le réalisateur ne se laisse pas aller à certaines facilités, reste une première partie exemplaire et qui rend ses personnages attachants (Gabriel Byrne en premier, Laura Linney m'aillant un peu gonflé). Et l'on gardera finalement en tête des images éparses, magnifiant la nature de cette région isolée de l'Australie….

Merci d'avoir voté pour ce film !
Votre commentaire sera validé par notre cher administrateur...
Votre avis sur ce film: