Star Wars: L'Ascension de Skywalker

Critique par |

Un épisode qui clôt avec les honneurs la saga initiée par George Lucas il y a 42 ans.

 

Les misérables

Critique par |

Avec son premier long-métrage, Ladj Ly signe une oeuvre d'une puissance dévastatrice, très justement récompensée du Prix du Jury lors du dernier Festival de Cannes.

 

J'accuse

Critique par |

En dehors d’une polémique de cour de récréation chère aux médias et aux très pénibles réseaux sociaux, Roman Polanski signe une oeuvre majeure sur l’envie et le besoin de justice, sous la forme d'une magistrale leçon d'histoire.

 

The Irishman

Critique par |

Martin Scorsese revient au film de gangsters afin de radiographier quarante années de l’histoire américaine par le truchement du crime organisé, véritable virus d’un pays allégué à l’argent au détriment de nombreuses vies humaines.

 

Vox Lux

Critique par |

Après "The Childhood of a Leader", coup de maître pour son premier long métrage en qualité de réalisateur, Brady Corbet récidive et signe une nouvelle merveille qui prend comme rarement le pouls de notre époque.

 

Stephen King's Doctor Sleep

Critique par |

Mike Flanagan réussit à la fois une adaptation fidèle du roman de Stephen King et une suite au film de Stanley Kubrick dans un exercice de prestidigitation pertinent.

 

Joker

Critique par |

Personnages complexes avec un Joaquin Phoenix au firmament de son art, noirceur du récit, musique qui atteint des sommets, rythme irréprochable, photographie et décors en parfaits synonymes de ce que doit être Gotham City: "Joker" franchit allègrement le seuil restreint des chefs-d’oeuvre.

 

Joker

Critique par |

Un film plein de potentiel, mais qui saborde systématiquement ses bonnes idées.

 

Gemini Man

Critique par |

Après son très bon "Billy Lynn's Long Halftime Walk" sorti très confidentiellement en 2016, Ang Lee signe un film dont la seule qualité se réfère à la technique, et encore de loin, pour le meilleur.

 

Rambo V: Last Blood

Critique par |

Ce film est tellement consternant par son manichéisme à justifier la violence et à oser l’ériger en oeuvre d’art qu’on se demande s’il est bien nécessaire d’en parler. Oui, car il véhicule une morale douteuse et infecte.