Tenet

Critique par |

Obsédé par la notion du temps en qualité d’unité de mesure qu’il avait réussi à transcender dans son excellent "Dunkirk",, Christopher Nolan signe un film abscons dont lui seul peut déchiffrer le mode d’emploi. Malgré le spectacle, on se demande bien à quoi on a pu assister pendant 2h30.

 

Ema y Gastón

Critique par |

Un bruit. Un crépitement, plus exactement. Le crépitement du feu – on le devine –, alors que l’écran, lui, est encore noir. La suite ? Un véritable feu d’artifices. Un uppercut. Avec "Ema y Gastón", Pablo Larraín frappe fort. Très fort.

 

Les Enfants du Platzspitz

Critique par |

Pour son deuxième long métrage de fiction pour le cinéma après "Recycling Lily", Pierre Monnard adapte le roman autobiographique de Michelle Halbheer "Platzspitzbaby" et signe un film très fort et lumineux sur une période noire de l’idyllique Confédération Helvétique.

 

L'Ours en moi

Critique par |

Fasciné par les ours depuis sa plus tendre enfance, Roman Droux accompagne le biologiste David Bittner pendant trois mois en Alaska au milieux des grizzlis. Le résultat est un documentaire passionnant qui préfère l’observation et la rigueur scientifique au divertissement spectaculaire.

 

The Perfect Candidate

Critique par |

"The Perfect Candidate" aurait pu n’être qu’un événement, ou, pire, une simple curiosité – ce n’est pas tous les jours qu’il est donné de voir dans nos salles un film tourné par une Saoudienne –, mais il n’en est rien: c’est une œuvre parfaitement maîtrisée, menée non sans un talent certain.

 

T'as pécho?

Critique par |

Dans "T’as pécho?", son premier long métrage, Adeline Picault, se focalise sur l’importance du paraître dans l’univers de l’adolescence, à travers une comédie principalement destinée à la jeunesse urbaine actuelle. Les limites de l’intérêt sont vite atteintes.

 

Terrible Jungle

Critique par |

Terrible Jungle s'impose comme un premier film au ton si inattendu et singulier qu'il se hisse au niveau de ce que la comédie française peut nous offrir de meilleur.

 

The King of Staten Island

Critique par |

Avec son nouveau film Judd Apatow sort un peu de ses comédies pas souvent très fines pour aborder de manière assez convaincante le drame et la peinture sociale d’une certaine Amérique qui a de la peine à se remettre d’un deuil.

 

Adorables

Critique par |

Avec son deuxième long métrage après "Faut pas lui dire", Solange Cicurel signe "Adorables" une comédie réjouissante qui désacralise l’adolescence reine trop souvent déifiée dans l’art, le divertissement et les sociétés actuels. Le jeu de massacre n’en est que plus jouissif.

 

Eté 85

Critique par |

Après son magnifique et indispensable "Grâce à Dieu", François Ozon signe "Eté 85" adapté du roman d’Aidan Chambers, "La Danse du coucou" qui lui tient à coeur depuis longtemps. Dans une reconstitution magnifiquement palpable de la moitié des années 1980, il nous conte une passion tragique sur un ton romanesque remarquable.