L'Homme qui tua Don Quichotte

Critique par |

Terry Gilliam nous convie à un festin, certes délicieux, qui s’éternise et comprend trop de plats pour que l’on puisse en retenir les meilleurs moments, gavé par sa surenchère.

 

En guerre

Critique par |

Pour sa quatrième collaboration avec Vincent Lindon, Stéphane Brizé signe une claque magistrale qui analyse par le menu tout ce qui fait un conflit social actuel, et rien n'a changé depuis "Germinal" de Zola.

 

Everybody Knows

Critique par |

Une nouvelle fois très inspiré par les tourments sombres de l’évolution de l’âme humaine, Asghar Farhadi signe un film qui joue avec certaines règles du thriller pour mieux sonder notre époque et ses dérives.

 

Avengers : Infinity War

Critique par |

Le dix-neuvième long métrage produit par Marvel Studios est le divertissement idéal pour fêter les dix ans de la franchise qui a lancé Iron Man, Thor et Captain America au cinéma.

 

Place publique

Critique par |

Agnès Jaoui développe avec son cinquième film un propos pertinent sur l'époque, mais ressasse ad nauseam ses thèmes de prédilection sans inventivité.

 

Matar a Jesús

Critique par |

Laura Mora parvient à élever cette histoire en nous proposant une œuvre puissante en hommage à son père. Un film captivant et touchant de sincérité, sur fond d'histoire de vengeance très classique.

 

9 Doigts

Critique par |

En 35mm et dans un noir et blanc impeccable, F.J. Ossang nous invite à faire la connaissance d’une bande de malfrats nihilistes à travers un film étonnant avec une personnalité bien trempée.

 

Ghostland

Critique par |

Fidèle aux thématiques qui sous-tendent toute son oeuvre, Pascal Laugier enfonce le clou avec "Ghostland", un thriller horrifique de très haute tenue.

 

Madame Hyde

Critique par |

Serge Bozon signe un film très librement inspiré de la pièce de Robert Louis Stevenson, mettant en scène une Isabelle Huppert habitée par son personnage comme elle en as le secret. Un dosage très habile entre le film social sur l’éducation et la transmission, et la comédie saugrenue.

 

Ready Player One

Critique par |

Alors que son très bon "The Post" est encore sur les écrans, Steven Spielberg est aux commandes d’un produit moche à tous points de vue, un gloubi-boulga indigeste ponctué par une morale de cour d’école des plus abjectement ridicule.