Critique

Rocky Balboa

 
Critique par |

C'est avec un retour en panache du boxeur le plus médiatisé du cinéma que l'on doit désormais compter. Et pourtant, à l'annonce de la production de ce sixième opus, les critiques avaient tout de suite mis le film au placard.

C'est donc avec une grande émotion que l'on retrouve l'étalon italien qui doit faire face aux fantômes de sa vie et se remettre une dernière fois sur le ring pour se prouver qu'il est encore quelqu'un et mettre un terme définitif à sa carrière et son ancienne vie.

Car oui, Rocky est désormais un vieux glorieux veuf avec un fils qui ne veut pas le voir souvent et qui supporte mal la gloriole de son père. Maintenant patron d'un restaurant italien, Rocky répète sans cesse ses exploits à ses clients. Oui Balboa mène une vie de « has been » un peu à la manière de son réalisateur/acteur que l'on a pas vu depuis belles lurettes.

Un combat sur le ring aura lieu à la toute fin du film. Mais c'est avant tout à une leçon de vie émouvante et passionnante que nous convie Sylvester Stallone en incarnant un personnage d'une humanité inédite dans la série.

C'est avec des frissons de nostalgie que l'on entre dans le film avec son thème musical désormais célèbre et c'est avec les yeux mouillés d'émotion que nous quittons le maître du ring et son ultime comeback très réussi.

En savoir plus sur Jean-Marc Detrey

CONCOURS Gagnez des places pour aller voir le film

Participer