Critique

Un autre homme

 
Critique par |
Film tourné sur plus d'une année par petits bouts, Un autre homme inverse pertinemment les rôles du film noir américain de l'âge d'or en faisant du personnage masculin principal un homme objet manipulé par une femme sans scrupule et il aime cela, il s'y perd totalement et laisse tomber sa personnalité déjà pas très forte avant cette rencontre.Baier opte pour un noir et blanc très tranché et un format carré qui sied parfaitement aux paysages enneigés de la Vallée de Joux dans lesquels il évolue et à la ville de Lausanne qui deviendra son nouvel univers.Baier, dans une sorte de comédie grinçante, s'interroge sur l'opportunisme et la vacuité du monde en prenant comme toile de fond le petit monde de la critique de film sans pour autant faire un film sur ce sujet-là.Le cinéaste vaudois évolue de film en film et signe là sa réalisation la plus personnelle et paradoxalement la plus éloignée de sa vie en comparaison de ses deux précédents longs métrages de fiction. Le résultat donne un film assez unique d'une sincérité totale rempli d'instants drôles dont une scène de sexe menée à la baguette.

En savoir plus sur Remy Dewarrat