Critique

Tout est illuminé

 
Critique par |
L'assassin de la mère de Sydney dans la série Scream, Liev Schreiber, passe derrière la caméra pour nous conter un road movie en Ukraine entre comédie et souvenir douloureux. Le personnage principal, impeccable Elijah Wood, quitte son Amérique pour l'Europe afin de retrouver la femme qui sauva son grand-père. Ce jeune juif débarque sur une autre planète avec pour guide un jeune homme féru de culture made in US et un vieux monsieur qui se fait passer pour aveugle. Ensemble, à bord d'une vielle Traban, ils sillonnent les routes et chemins d'une Ukraine hésitante entre son terrible passé et un avenir incertain. On rit beaucoup dans la première partie du film grâce à de nombreux quiproquos et à la gouaille des deux guides. Puis, ce long métrage très personnel nous ouvre les yeux sur une réalité tout autre que l'on essaie péniblement d'oublier sous prétexte qu'elle appartient au passé. Espérons que Liev Schreiber réussisse à attirer un grand nombre de jeunes dans son trip, car c'est à eux qu'il s'adresse sans prendre une casquette de donneur de leçon moralisateur. Encore un mot sur les deux acteurs ukrainiens qui font preuve d'une impressionnante gamme de jeu en nous offrant une série de situations toutes plus cocasses les unes des autres. On sort de ce voyage initiatique bouleversé et ému à juste titre. Indispensable pour comprendre la nature humaine, entre joie et méchanceté.

En savoir plus sur Remy Dewarrat

CONCOURS Gagnez un pack de goodies pour "Goldfinch"

Participer