Critique

Basic instinct 2

 
Critique par |

Soyons franc, une bonne partie de l'intérêt de Basic Instinct premier du nom était dans la lubricité de Catherine Tramell et les scènes chaudes menées tambour battant par un Paul Verhoeven au sommet de sa forme.

Donc, que pouvions-nous bien attendre d'un deuxième opus, si ce n'est la même verve ou plus côté sexe ? Eh bien, chers amis (es) cinéphiles lubriques, déchantez tout de suite. Car malgré tous les efforts du marketing de la production et la multiplication des interviews de la belle (ça, on ne peut pas l'ignorer) Sharon Stone dans la presse, Basinc Instinct 2 va en refroidir plus d'un (e). On pourrait même crier à l'arnaque.

 

Oui, des scènes chaudes ont été tournées, mais elles ont été tout bonnement coupées au montage pour la « prude » Amérique (qui je le rappel, est championne mondiale des productions porno) et les producteurs ont décidés de laisser le film en l'état pour la distribution dans le reste du monde et, par la suite, s'en remettre plein les poches en éditant la version « uncut » en DVD.

 

Mis à part quelques rares scènes légères, exit le c donc et place à un thriller psychologique dont le scénario n'est certes, pas sans intérêt, mais soporifique à souhait. Et il n'y a même pas de bonnes scènes de galippettes pour nous réveiller un peu !

 

Faites donc mieux que les producteurs : gardez vos 18 balles et attendez gentiment la sortie DVD dans quelques mois. Le film ne mérite pas un déplacement dans une salle obscure et un prix pareil au cinéma.

En savoir plus sur Jean-Marc Detrey

CONCOURS Gagnez des places pour aller voir le film

Participer