Critique

Dirty Money, L'infiltré

 
Critique par |
Quelle idiotie on peut entendre en écoutant la radio ou en regardant la télévision. "Dirty Money l'infiltré" est tout sauf un film de super flic. Il nous dépeint les agissements d'un policier, intègre et décidé à ne pas laisser passer la corruption étatique, même si cela implique sa vie privée et familiale.Le nouveau film de Dominique Othenin-Girard joue la carte de l'immersion et de l'empathie, parti pris payant grâce à un personnage très bien écrit et avec lequel Antoine Basler fait corps de manière impeccable. Le film nous ballade à travers toute l'Europe au gré des événements et du fil de l'enquête, que le réalisateur n'hésite intelligemment pas à rendre parfois bancale, incohérente, nous perdant en même temps que son héros pour mieux nous faire rebondir. Il opte pour une caméra mobile, mais pas hystérique, qui suit l'agent infiltré dans tous ses faits et gestes, et le filme la plupart du temps à sa hauteur. Il devient en quelque sorte multi schizophrène et doit se fondre dans la peau de ses couvertures pour ne laisser aucune chance à ses cibles de le démasquer si bien que le jeu judicieusement empathique d'Antoine Basler est comparable à une cocotte sous pression et l'on sent en lui un besoin ou une envie d'exploser à chaque fois qu'il enlève ses différents masques.La mise en scène allie parfaitement polar et naturalisme grâce à un rythme en dents-de-scie, comme l'enquête, qui piétine, se précipite, retombe pour mieux décoller et à une volonté de filmer brut sans artifice, ce qui colle parfaitement à l'univers du long métrage et à son ton.Et il y a bien sûr l'aspect politique à travers les personnages de Carole Gasser et Carlos Leal qui naviguent dans les hautes sphères du pouvoir et de la finance. On entend déjà la dernière garde moribonde du libéralisme en voie de disparition crier au film gauchiste, à se demander pourquoi les artistes s'occupent de ce qui ne les regarde pas, bref, comme d'habitude à se rallier à la cause de ces pauvres bougres de la finance contre un cinéaste qui lève le coin d'un voile recélant une belle saleté. "Dirty Money l'infiltré" prend le parti de Fausto Cattaneo, auteur du livre dont il s'inspire, c'est-à-dire celui d'un flic intègre qui n'hésite pas à combattre sa famille, quand il découvre son implication dans l'affaire dont il s'occupe.Ne vous privez pas de découvrir un film efficace et utile, une uvre dont la sincérité transpire de chaque image et qui est à la fois un très bon divertissement et un miroir sans tain de notre si beau pays : reflet impeccable, mais derrière

En savoir plus sur Remy Dewarrat

CONCOURS Gagnez un DVD ou un blu-ray disc de "VICE"

Participer