Critique

Final Fantasy

 
Critique par |
Il y a de cela cinq ans, un employé de chez ILM ( une des boîtes à effets spéciaux la plus grosse des USA) disait qu'il n'était encore pas possible de créer un être humain photoréaliste, le problème étant surtout la création d'un système pileux correct. Peu de temps après, James Cameron annonce le projet intitulé Avatar qui ne vit jamais le jour, abandonné devant l'ampleur et la complexité du travail. Puis ce fût la sortie du remake de Mon ami Joe où l'on découvrit des scènes avec un gorille virtuellement bluffant. A l'arrivée, Final Fantasy qui pris plus de 4 ans de travail pour vous présenter ce que vous avez devant vos yeux. Laissons l'aspect cinématographique pour parler du visuel. Les décors sont d'une beauté incroyable, les couleurs riches et chatoyantes. Les scènes d'action et les combats tiennent la route, agrémentés d'une musique d' Elliot Goldenthal qui ne fait que les mettre bien en valeur. Le caractère des personnages est intéressant et bien développé. Là où ça se gâte, ce sont les plans rapprochés et gros plans des acteurs virtuels. Si par moment, on est époustouflé par les détails physionomiques de ces derniers, certaines scènes sont là pour nous rappeler qu'ils ont été créés dans un ordinateur et n'atteignent pas le but escompté, c'est à dire nous le faire oublier. Une autre tare de la froide existence du monde informatique nous saute aux yeux, aussi superbes que puissent être les détails (peau, cheveux et yeux) des protagonistes, il leur manque quelque chose dans leur être. Les regards sont vides. Vides d'émotion, d'âme et d'esprit humain. Et là, l'informaticien n'est pas le grand créateur pour y insuffler ce manque et il ne le sera jamais Faut-il se réjouir de cette avancée technologique ou pas ? Aux gens qui crient au scandale en pensant par exemple à l'Oscar du meilleur acteur virtuel dans un futur proche, je ne peux malheureusement pas dire que cela n'arrivera jamais. Car avec l'avancée technologique, les possibilités sont énormes, y compris l'idée d'un acteur scanné pour raison d'indisponibilité ou pire encore, la résurrection sur votre grand écran de Stars disparues. Et comme le but premier de l'industrie du gros cinéma de divertissement est de faire de l'argent, qu'elle est dirigée par des businessmen sans cesse sous pression où règne la course au toujours plus, l'éthique humaine y prend un coup et y perd justement une part de cette âme

En savoir plus sur Jean-Marc Detrey

CONCOURS Gagnez des places pour aller voir le film

Participer

CONCOURS Gagnez une affiche dédicacée ou des places

Participer