Critique

Grind House - Planet Terror

 
Critique par |
Déjanté, dégoulinant, jouissif, hilarant. Ce sont les qualificatifs qui ressortent à la vision de ce deuxième segment du dyptique Grindhouse imaginé par le tandem Tarantino/Rodriguez.

Si le premier se la jouait plutôt cinéma bis léché avec des dialogues à n'en plus finir, Rodriguez tape directement là où ça fait mal et va satisfaire ses fans en rendant hommage aux bonnes vieilles séries B sexy et violentes. Avec des références « Tarantiniennes » et un certain comique omniprésent, ce zombie-movie se permet même le luxe de quelques instants émouvants.

Malgré son genre, Planet Terror a été conçu pour divertir, pas pour faire peur. Ce qui peut être intéressant pour les non initiés malgré le gore omniprésent. Par contre, impossible pour les fans du genre d'être déçu : une action sans baisse de régime, ça suinte de partout et le casting est mémorable. Michael Biehn (Terminator) en shérif, Tom Savini, Freddy Rodriguez, Bruce Willis en militaire infecté, une Rose McGowan diablement sexy avec sa mitrailleuse à la place d'une jambe, QT qui en fait des tonnes et cerise sur le gâteau, Michael Parks qui reprend le rôle du shérif Earl Mc Graw de Kill Bill.

Totalement génial et délirant, l'image est traitée de façon à nous faire croire que le film a été projeté à plus que de raison et qu'il pourrit dans un entrepôt sans grand soucis de préservation et le petit Robert se permet même une coupure de bobine au mauvais moment. On a droit en préprogramme à la fausse bande annonce de Machette qui met en scène un des acteurs fétiches du réalisateur, Dany Trejo. Un court métrage qui annonce d'entrée la couleur du film à venir.

Amusez-vous bien.

En savoir plus sur Jean-Marc Detrey