Critique

Jusqu'en enfer

 
Critique par |
Après trois gros films de studio consacrés à Spiderman, Sam Raimi s'octroie une récréation dans la veine de ses «Evil Dead» et nous offre une comédie horrifique qui n'a pas d'autre vocation que de divertir. Il ne se prend donc pas la tête et se base sur un scénario prétexte archi téléphoné qui nous conte les mésaventures d'une charmante employée de banque qui se retrouve maudite par une cliente de ne pas l'avoir aidée, afin d'obtenir une promotion bien méritée.On peut voir un conte moral dans cette histoire, mais là n'est pas l'essentiel. Le film regorge de séquences alliant gore et humour, malheureusement trop souvent appuyées par un sound design tonitruant qui enlève tout effet de surprise. Du coup, on ne sursaute que rarement dans son fauteuil, mais par contre l'empathie avec l'héroïne fonctionne à merveille et l'on est de tout cur avec elle, comme par exemple dans la scène mémorable de la présentation à la belle-famille qui est l'un des sommets du film, à la fois drôle, pathétique et horrible. On ne racontera pas ici les nombreux passages dégoûtants faits pour amuser, mais sachez que le long métrage n'en est pas avare et que l'action prévaut au bavardage.On retiendra une musique de Christopher Young de très bon aloi, jouant entre la parodie et le sérieux dû au genre horrifique, et une actrice qui campe à merveille cette pauvre victime. Alison Lohman est tellement mignonne, gentille et naïve qu'elle met très vite de son côté le spectateur attendri par tout ce qu'elle subit. Il y a aussi une galerie de seconds rôles parfaitement à leur place, comme le petit ami, la veille gitane à l'origine de la malédiction ou le médium indien.Avec ce film sans aucune prétention, Sam Raimi signe un parfait divertissement du samedi soir dont le but unique et de faire passer un bon moment, comme une sortie entre amis, une partie de rigolade que l'on apprécie sur le moment et que l'on oublie assez vite. C'est comme un petit courant d'air lors d'un été caniculaire ou un feu de cheminée pendant un hiver rigoureux. Cela fait du bien, mais cela n'est pas marquant.

En savoir plus sur Remy Dewarrat

CONCOURS Gagnez un DVD ou un blu-ray disc

Participer