Critique

La petite dame du Capitole

 
Critique par |
Pour tout cinéphile romand qui se respecte, il se doit d'avoir découvert, au moins une fois, un film dans la mythique salle du Capitole de Lausanne. Et, très astucieusement, Jacqueline Veuve nous brosse le portrait de cet endroit magique avec pour guide, Lucienne Schnegg, propriétaire et surtout âme des lieux. Tout le monde la connaît, car elle est soit à la caisse, soit au bar, donc, pas moyen de l'éviter. Mais le film nous la montre aussi en train de faire le ménage, de s'occuper de la programmation et de tous les tracas administratifs. Et elle régate actuellement parce qu'il lui est de plus en plus difficile d'obtenir, comme elle le dit dans le film, un blockbuster en exclusivité. Et malheureusement, le gros des consommateurs de cinéma préfère les multiplexes. Ils sont loin les souvenirs de succès incroyables comme «E.T.». Jaqueline Veuve laisse Mademoiselle Schnegg libre de parler de tout ce qui lui vient à l'esprit et l'on a droit à de très jolies scènes de remémoration, quelques coups de gueule bien sentis et plein d'humour, et à un moment de pure émotion quand Lucienne remercie tous ceux qui l'on aidée après son agression au pas de sa porte. Ce double portrait devrait vous inciter à aller voir plus souvent les gros films hollywoodiens au Capitole où l'accueil est excellent et, bon dieu, c'est le plus grand écran de Lausanne et même de Romandie. Alors qu'attendez-vous?

En savoir plus sur Remy Dewarrat

CONCOURS Gagne un DVD ou bluray de Bohemian Rapsody

Participer