Critique

Terre et cendres

 
Critique par |

Le premier film de fiction d'Atiq Rahimi est empreint d'une majesté qui rend justice à un pays magnifique, l'Afghanistan, où l'on ne doit pas rigoler tous les jours. Exilé depuis de longues années, le réalisateur avait jusqu'à présent choisi le documentaire pour parler de son pays. Son premier long métrage de fiction lui permet d'ouvrir plus grand les portes de l'évocation et de l'émotion.

La splendeur formelle pourrait surprendre : elle n'est pourtant pas une esthétisation de la guerre, mais le signe des retrouvailles sentimentales, d'une sensualité topographique, d'un homme longtemps tenu éloigné d'un pays aux racines si profondes.

Simple, dépouillé et lumineux, un récit entre tradition et futur. À l'image du pays qu'il raconte, toujours douloureux des blessures de la guerre et des ravages des extrémismes. Un film lent et mystérieux "Terres et cendre" n'en est pas moins un beau film.

En savoir plus sur Remy Dewarrat

CONCOURS Gagnez un DVD ou un blu-ray disc de "VICE"

Participer