Critique

Terrible Jungle

 
Critique par |

La comédie française contemporaine se distingue par son avalanche de films plus navrants les uns que les autres, dans lesquels le formatage le plus désolant le dispute à une absence totale de mise en scène. Ce nivellement par le bas, bien que contribuant à déshonorer un héritage cinématograpique de plusieurs décennies, a au moins le mérite de faire briller, par effet de contraste, des projets qui prennent le contrepied total de la mouvance dominante. Terrible Jungle est de ceux-là.

Premier film prometteur, le long-métrage, loin de n'être qu'une succession de scènes extrêmement drôles, propose (chose rare dans la comédie française) des personnages brillamment brossés, à tel point que certains en deviennent presque dérangeants (voir à ce titre la protagoniste interprétée par la surprenante Alice Belaïdi). A l'intérieur d'un cadre peu souvent utilisé dans ce type de films (la jungle), l'histoire évolue peu à peu vers un désenchantement voire un fatalisme face à la civilsation auxquels on ne s'attendait absolument pas (la toute dernière scène du film est à ce titre révélatrice du sens de l'ouvrage). Hormis l'insolence et l'arrogance des anthropologues que les réalisateurs pointent du doigt, c'est en effet une véritable vision du monde qui est proposée ici, la médiocrité y étant présentée comme une "valeur" universelle (la tribu des Otopis passe son temps à boire, se droguer et jouer à la Playstation en mangeant des chips, affalée sur des canapés).

Et pour construire leur discours, les deux metteurs en scène proposent des situations plus drôles les unes que les autres, certaines totalement surréalistes (le magasin chinois au fin fond de la jungle, la fabrication de la drogue locale à base de gasoil ou encore la scène inaugurale), d'autres magnifiées par le talent des acteurs, notamment Jonathan Cohen qui vole la vedette à tout le casting.

Bien que nécessitant une quinzaine de minutes d'acclimatation tant le film désarçonne dans ses premiers instants (le ton est réellement surprenant), et sous-employant un Vincent Dedienne qui aurait peut-être dû en faire moins pour être totalement convaincant, Terrible Jungle s'impose au final sans problème comme la comédie de l'été.

En savoir plus sur Laurent Scherlen