Critique

Adorables

 
Critique par |

Mère contre fille et vice versa

Avec son deuxième long métrage après Faut pas lui dire, Solange Cicurel signe Adorables une comédie réjouissante qui désacralise l’adolescence reine trop souvent déifiée dans l’art, le divertissement et les sociétés actuels. Le jeu de massacre n’en est que plus jouissif.

Tombée amoureuse d’un camarade de son lycée, Lila veut absolument assister à une soirée en boîte à laquelle il participe mais sa mère Emma s’y oppose strictement. Commence alors un affrontement sans pitié entre une adolescente bonne élève et une psychologue décidé à ne pas céder malgré son passé, la permissivité passive de son ex-mari et père de Lila et sa profession qui doit donner d’elle une image irréprochable. C’est le combat de l’intransigeance d’une mère qui a des principes contre la futilité d’une jeune-fille qui croit mieux connaître la vie que sa génitrice. Lila abuse de menaces et de chantages en tout genre («C’est ma vie que tu gâches en me refusant cette sortie!») auxquels Emma répond par des coups d’éclat brutaux comme de lui envoyer une photo de son doudou décapité. Dès lors, tous les forfaits son permis et chacune campe sur ses positions jusqu’à l’escalade finale et le triomphe de l’une des deux, obtenu par un énorme mensonge.

Les dialogues sont savoureux comme celui où Emma rétorque à sa fille qui l’accuse de la détester: «Non, je t’éduque!» Les deux protagonistes font montre d’une grande créativité pour ne jamais perdre du terrain face à l’adversaire. Dans le rôle de Lila, Ioni Matos campe la prétention et la mauvaise foi de manière très convaincante. Elsa Zylberstein offre à Emma une méchanceté et une perfidie comme dernier recours face aux caprices insupportables de l’adolescence. Avec son film, Solange Cicurel remet à sa place ce petit monde de la jeunesse qu’il faudrait impérativement prendre avec des pincettes comme le préconise trop souvent une certaine presse auto-proclamée féministe ou des médias inféodés à la manne commerciale de cet âge qualifié un peu rapidement d’ingrat.

En savoir plus sur Remy Dewarrat