Critique

Le Retour du héros

 
Critique par |

"Quand la légende dépasse la réalité, on imprime la légende". Cette célèbre réplique de L'Homme qui tua Liberty Valance trouve un écho évident dans Le Retour du Héros. Sauf que dans le film de Laurent Tirard, et à l'inverse du film de John Ford, la réalité peut également rattraper la légende.

Ce qui frappe d'abord dans Le Retour du Héros, c'est sa maîtrise formelle. Filmé en cinémascope, doté de décors et de costumes sublimant l'histoire, le film témoigne d'un soin évident apporté à l'image, là où 95% des comédies françaises ne ressemblent à rien, sinon à un épisode de Joséphine ange-gardien. Et c'est un véritable bonheur de voir un metteur en scène de comédies s'intéresser à son cadre, à ses mouvements de caméra, en un mot, à la plastique de son film. Grâce soit donc rendu à Laurent Tirard de hisser la comédie française vers le haut.

Et de comédie, parlons-en. Car Le Retour du Héros est indéniablement l'un des fleurons du genre. D'une remarquable écrtiure, le scénario aligne des dialogues et des situations implacables, voire inattendues à l'instar de l'arc narratif autour du personnage de l'épouse abandonnée, culminant dans une séquence hilarante sur un tas de paille... Dominé par un Jean Dujardin dont les nuances de jeu sont absolument bluffantes, le film permet également de constater le potentiel comique de Mélanie Laurent, qui confirme ici qu'elle bien capable de tout jouer.

Basé sur une énorme machination, l'histoire du Retour du Héros, au-delà du cadre de la comédie dans lequel elle s'inscrit, développe également un propos sur l'imagination, la fiction et son ultime corollaire, le mensonge, et sur la façon dont ils peuvent infuser la réalité jusqu'à la remodeler à leur image, pouvant au passage révéler le meilleur (ou le pire) de l'individu. A cet égard, la séquence voyant le personnage de Jean Dujardin faire face à une centaine de cosaques chargeant sur lui est des plus éloquentes. Cette scène, la plus épique et inattendue du film (on pense à la charge finale de Mon Nom est Personne), possède une puissance d'évocation immédiate qui dénote totalement dans l'univers aseptisé de la comédie française contemporaine, et prolonge la réplique de L'Homme qui Tua Liberty Valance. En d'autres termes, la réalité peut rejoindre la légende qui l'a elle-même façonnée. Un concept qui pourrait paraître casse-gueule dans le cadre d'une comédie, et qui pourtant s'intègre totalement au récit.

Et mis à part le choix d'une fin en-deça du propos préalablement développé et d'une durée à peine trop courte (on en aurait encore bien pris un petit quart d'heure), Le Retour du Héros s'impose comme l'une des comédies les plus intelligentes, les plus belles et les plus drôles que l'on ait vues depuis bien longtemps.

En savoir plus sur Laurent Scherlen

CONCOURS Gagne un DVD ou bluray de Bohemian Rapsody

Participer