Critique

Avant la fin de l'été

 
Critique par |

Le temps d'un voyage

Pour ses débuts derrière la caméra, la cinéaste suisse d’origine iranienne Maryam Goormaghtigh compose une fiction-documentaire inclassable. Le résultat est un film hybride à l’empreinte poétique non dénuée de charme et de sincérité.

Après cinq ans d’études à Paris, Arash, malheureux en France, souhaite retourner dans son pays, l’Iran. Mais ses deux amis, Hossein et Ashkan, ne l’entendent pas de cette façon. Ils l’amènent alors sillonner le Sud de la France; avant la fin de l’été, il peut encore changer d’avis. De camping en camping, leur road trip est l’occasion de réfléchir sur leur existence à Paris et celle qu’ils ont quittée. La route interminable, les pauses au café des villages, les soirées au clair de lune et la rencontre incongrue avec deux jeunes musiciennes en «tournée» sont propices aux discussions sur la vie, l’amour, la liberté, la vie en France et celle qu’ils ont quitté en Iran.

Souvent, le regard distancié et comique rompt avec le sérieux du propos et la mélancolie qui traverse le groupe. Par ailleurs, Ashkan et Hossein n’oublient pas de poser les bonnes questions à Arash, cherchant à ce que l’étudiant en droit pèse bien le pour et le contre avant de s’envoler définitivement pour l’Iran. En effet, si tous trois partagent ce déchirement entre deux cultures, chacun se singularise par ses convictions en matière d’intégration. Alors que le trio s’approche du Sud du pays, les paysages évoquent le Nord de l’Iran, les lumières chaudes du désert iranien et celles de la Provence allant jusqu’à se confondre. La frontière entre la fiction et la réalité n’a jamais été aussi mince. Les réminiscences du passé et la fugacité du présent s’imbriquent dans ce voyage presque intérieur. Le regard tendre porté sur cette amitié fragile (dans la mesure où le départ d’Arash risque de la mettre en danger), laisse place aux réactions spontanées, souvent amusantes, des uns des autres face à des problématiques familières aux personnes exilées. Combinant les expériences des uns et des autres (celles vécues par la réalisatrice également), Maryam Goormaghtigh s’aventure dans un road movie au rythme paisible, entrecoupé de chants persans inspirant la nostalgie. Un beau film sur l’amitié et la séparation.

En savoir plus sur Jeanne Rohner

CONCOURS Gagnez un set de goodies du film et 2 places

Participer

CONCOURS Gagnez des places pour aller voir le film

Participer