Critique

Everything, Everything

 
Critique par |

Amour et maladie

Les sentiments et la souffrance sont au centre de l’énième adaptation d’un roman à succès pour les adolescents. Le résultat n’est pas particulièrement impressionnant, mais la sincérité devant et derrière la caméra est plutôt louable.

Elle est affectée par une maladie qui pourrait la tuer, et évite donc la plupart des interactions sociales. Non, ils n’ont pas ressorti The Fault in Our Stars. Nous parlons à présent d’un autre film tiré d’un roman pour adolescents, en l’occurrence Everything, Everything de Nicola Yoon.

Cette fois, il ne s’agit pas de cancer. Maddie (Amanda Stenberg) souffre dès l’enfance d’une immunodéficience particulièrement dangereuse, qui l’oblige à vivre dans un environnement contrôlé. Seules sa mère (Anika Noni Rose), une infirmière et la fille de cette dernière ont le droit d’entrer dans la maison où Maddie a passé toute sa vie jusqu’à présent. Quand une nouvelle famille s’installe à côté, la jeune fille fait la connaissance d’Olly (Nick Robinson), avec lequel naît une entente consommée par e-mail et SMS, puisque la mère de Maddie interdit tout contact physique. Il faudra donc être créatifs pour organiser un vrai rendez-vous.

On peut imaginer que, si l’on est fan de ce genre de livre/film, le facteur tendre et larmoyant soit assez efficace. Pour les autres, il n’y a rien de spécial qui justifie la vision de ce produit honnête mais schématique, où tout est annoncé d’emblée alors qu’une certaine tension est censée faire partie de l’enjeu. On ne s’ennuie pas, mais on n’est pas particulièrement émus non plus au-delà de certaines scènes-clé plutôt bien gérées.

Cela dit, la présence d’un regard féminin derrière la caméra est évident, et la mise en scène de Stella Meghie (Jean of the Joneses, vu au Festival de Zürich en 2016) est marquée par une sincérité qui évite toute forme de chantage émotif, sur le plan formel et au niveau de la direction des acteurs, notamment des deux jeunes protagonistes desquels émane un naturel agréable tout au long du film. Avec du bon matériel, cette réalisatrice pourra facilement se construire une carrière intéressante à Hollywood.

En savoir plus sur Max Borg

CONCOURS Découvrez et gagnez un Bluray ou un DVD de The Birth Of A Nation

Participer