Critique

Les poupées Russes

 
Critique par |

Ils sont presque tous de retour. Si vous avez aimé L'auberge espagnole, vous aimerez encore davantage Les poupées russes. Le thème de cette suite reste le même, mais les personnages ont malgré tout mûris depuis leur escapade barcelonaise. Après les folles années estudiantines, voici donc venir les expériences de la trentaine, pas toujours faciles quand on est célibataire.

Beaucoup de monde nécessite l'obligation de se fixer sur un personnage central et que tous les autres tournent autour. C'est ce que Klapish a fait dans une mise en scène toujours plus folle, à la limite de l'expérience cinématographique, mais qui ne dérange pas le moins du monde. L'histoire est surtout centrée sur Xavier, personnage joué par un Romain Duris radieux et séduisant à souhait.

Dommage pour les autres, comme Cecile de France en lesbienne assumée ou Audrey Tautou en maman altermondialiste, qui auraient mérité des rôles un peu plus étoffés que de simples apparitions. Mais la scène où Isabelle joue le rôle de la petite fiancée auprès du papou de Xavier est tout simplement hilarante.

Pas mal de bla-bla, de revirements de situations et de changements de décors font de ce film un agréable moment, mais longuet sur plus de deux heures. Enfin, la palme revient à l'actrice anglaise Kelly Reilly qui irradie l'écran de son charme enivrant. Vivement qu'on la retrouve sur le grand écran.

En savoir plus sur Jean-Marc Detrey

CONCOURS Gagnez un DVD ou un blu-ray disc de "L'Empereur de Paris"

Participer