Critique

Zoologie

 
Critique par |

En recourant à un artifice propre au cinéma fantastique, Ivan I. Tverdovsky signe un film qui traite de la différence et surtout de l’inacceptation de cette dernière par les autres. Une curiosité originale et pertinente.

Natasha partage son quotidien entre sa mère très croyante avec qui elle vit encore, son emploi dans un centre zoologique entourée de collègues féminines qui l’ont prise en grippe, et ses visites aux animaux avec lesquels elle profite de moments sereins. Un jour, elle s’évanouit sur son lieu de travail et prend rendez-vous chez un médecin. Celui-ci lui donne une ordonnance pour faire des radiographies. Le jeune docteur préposé à ce secteur découvre la particularité de Natasha. Il est fasciné et se rapproche de sa patiente.

Dès lors, la vie de Natasha s’illumine et elle se libère. Elle revit. Son handicap monstrueux devient le déclencheur des retrouvailles avec une joie qu’elle avait perdue. Elle retombe en adolescence et profite de petits bonheurs tout simples, comme luger dans une caisse métallique avec son nouvel ami. La femme renfermée et taciturne laisse place à un être plein de gaieté et d’insouciance. Elle est amoureuse.

Le revers de la médaille est beaucoup moins heureux. Tant que Natasha cache sa particularité, elle peut jouir de sa nouvelle vie, mais étalée au grand jour, cette dernière lui attire les pires ennuis. C’est là le sujet du film d’Ivan I. Tverdovsky. Comment réagit-on face à l’inconnu? Et l’inconnu, peut-il espérer vivre avec sa particularité où doit-il s’en débarrasser pour être toléré par la masse?

Sous le prisme de la société russe actuelle qui n’est pas un véritable modèle de démocratie, Tverdovsky, s’intéresse à l’universalité de son propos et met en scène tout ce qu’une différence peut entraîner. Son film est rempli de scènes marquantes, soit par leur étrangeté, soit par leur humour, soit par leur violence. Secondé par un trio de comédiens (Natasha, sa mère et son ami) remarquables à plus d’un titre, le réalisateur utilise sciemment et pertinemment le fantastique pour mieux décortiquer les limites de plus en plus nombreuses et malsaines de l’humanité à vouloir se protéger de celui qui est différent, sans aucune réflexion préalable, et le forcer coûte que coûte à rejoindre la masse ou à disparaître.

En savoir plus sur Remy Dewarrat

CONCOURS LION gagnez un Bluray ou un DVD

Participer