Critique

Raid dingue

 
Critique par |

Avec sa nouvelle comédie, Dany Boon se mue en boy scout pour rendre un hommage peu subtil à la police de son pays et cela fait malheureusement passer les rares moments drôles de son cinquième long métrage au second plan.

Cette comédie au budget très confortable qui reprend la recette classique de ce que les anglo-saxons et les gens dans le coup nomment «buddy movie», à savoir film de potes, matinée d’une romance, aurait mérité beaucoup plus de mordant. On suit le parcours de Johanna Pasquali (sympathique Alice Pol), une policière dévouée mais intrinsèquement maladroite qui rêve de rejoindre le corps d’élite du Raid. Grâce à quelques magouilles politiciennes dues à un père haut placé, elle est incorporée. On la confie à Eugène Froissard (Dany Boon), un instructeur devenu misogyne depuis que sa femme l’a quitté pour son frère, afin qu’il la dégoûte de la formation et qu’elle abandonne le Raid d’elle même. Mais c’est l’inverse qui se produit: plus elle subit, plus Johanna en redemande.

On a droit à pas mal de situations passablement clichées sur les rapports entre hommes et femmes, parfois pertinents, mais souvent lourds. Yvan Attal se met dans la peau d’un méchant dans certaines des scènes les plus drôles du film et offre une performance assez inédite dans sa filmographie de comédien. Dany Boon campe un bougon solitaire au grand coeur sans grande conviction. On retiendra surtout Alice Pol qui fait de sa Johanna un François Pignon au féminin. Elle est désarçonnante par son côté enjoué et un charme indéniable qui excusent ses maladresses incessantes et insupportables.

Raid dingue est dédié à celles et ceux qui permettent de nous amuser en toute sécurité, et le premier remerciement du générique de fin est adressé au Président de la République François Hollande. A l’heure où la France est toujours en état d’urgence et donne les pleins pouvoir à sa police qui en abuse régulièrement envers son propre peuple (les exemples sont légion), cela laisse songeur. Mais, à la décharge de Dany Boon, cela reste cohérent avec son titre: Raid dingue? Raide dingue de la police?  On ne reproche pas à ce film de faire de la propagande, mais son côté boy scout naïf qui agace sérieusement car le corps policier est tout le temps brossé dans le sens du poil, pour ne pas dire encensé ou sacralisé.

En savoir plus sur Remy Dewarrat

CONCOURS LION gagnez un Bluray ou un DVD

Participer