Critique

Révolution silencieuse

 
Critique par |

Sensibilisée par la démarche du protagoniste de son documentaire, Lila Ribi n’oublie pas son rôle de réalisatrice et donne à voir l’humain derrière l’action sans porter de jugement sur l’un ou l’autre.

Les dossiers de presse remis aux journalistes lors des projections qui leur sont réservées ne devraient servir qu’à titre informatif pour, par exemple, orthographier juste les noms des protagonistes et des techniciens. Un critique n’est pas au service d’un producteur ou d’un distributeur pour leur faire de la publicité gratuite, mais a pour mission d’analyser l’oeuvre qu’il a vue, d’en ressortir les points positifs et négatifs selon sa sensibilité.

Avec ce Révolution Silencieuse, on se demande assez longuement s’il ne s’agit pas d’une sorte de propagande pour crédibiliser les mouvements écolo-citoyens qui ont parfois tendance à se rapprocher des sectes avec gourou et tout le tralala qui va avec. On se demande sérieusement si l’on n'a pas affaire à un produit de commande, genre film d’entreprise, plutôt qu’à un documentaire avec le point de vue de sa réalisatrice. Mais il y a une scène salutaire où l’on peut enfin ressentir de l’empathie pour Cédric, quand Lila Ribi laisse tourner sa caméra en bas d’une grange alors que Cédric, invisible à l’image au sommet d’une échelle, laisse éclater sa frustration en proférant un chapelet d’insultes très fleuries. Ce plan est tout à l’honneur et de la réalisatrice et de Cédric car il démystifie aussi bien le film que Cédric, les rendant tous les deux plus humains.

Le silence contenu dans le titre du film personnifie aussi bien Cédric qui n’est pas très bavard et se montre souvent incapable de s’exprimer, fuyant régulièrement toutes discussions dès qu’il sent qu’on le juge lui et sa démarche, et son action à proprement parler, qu’il tente de mettre en place avec une grande discrétion. Ne cherchant pas à rendre son spectateur expert en vieilles semences, but de l’expérience de l’agriculteur, Lila Ribi suit cette démarche avec le recul nécessaire pour simplement sensibiliser son auditoire.

En savoir plus sur Remy Dewarrat