Critique

Don't Blink - Robert Frank

 
Critique par |

Avec sa complicité que l’on sent à chacune de ses interventions, Laura Israel brosse le portrait du photographe et cinéaste indépendant Robert Frank. Elle nous fait découvrir un personnage non seulement très doué dans son art, mais aussi très pince-sans-rire quand il s’exprime sur son milieu et les gens qui le peuplent.

Signifiant littéralement «Ne cligne pas», le titre du film de Laura Israel sert de propos à la réalisatrice pour nous faire découvrir un photographe de l’instant qui est obligé d’ouvrir son appareil pendant la fraction de temps nécessaire à imprimer une image sur la pellicule. A la question: «Qu’est-ce qu’une bonne photographie?», Robert Frank répond: «Une photographie nette». Comme tout bon artiste, ce dernier n’a aucune recette à donner quand il évoque sa discipline. Il parle ouvertement de sa manière de travailler quand il précise qu’il ne peut pas choisir ses clichés sur des planches-contacts ou sur pellicule, ayant besoin d’avoir des tirages de la taille d’un page A4 au minimum pour se décider. Mais il ne se positionne jamais en donneur de leçon.

A travers des interviews récentes ou d’archives, Robert Frank se montre en artiste lucide et non en prétentieux à la recherche du succès, comme le veulent les canons actuels de la chose artistique qui s’est fait phagocyter par le commerce et dont le seul intérêt est devenu maintenant le rendement. Le photographe reste authentique et voit l’évolution de son métier avec le recul nécessaire pour ne pas décrier l’évolution de ce dernier qui a radicalement changé avec l’ère du tout numérique, ni renier son essence-même. Il le fait avec lucidité et un humour très personnel qui flirte souvent avec l’ironie.

Laura Israel le laisse s’exprimer librement et obtient, grâce à sa démarche, des instants justes, des témoignages mémorables quant à l’importance de l’image, qu’elle soit fixe ou animée, et de son impact positif ou négatif sur la marche d’un monde devenu si suspicieux qu’il a déifié, et par là même banalisé, la photographie ou le cinéma.

En savoir plus sur Remy Dewarrat

CONCOURS 4 X 2 invitations à gagner pour "Visages d'enfants" au City-Club à Pully

Participer