Critique

Comancheria - Hell Or High Water

 
Critique par |

Présenté dans la section Un Certain Regard du Festival de Cannes et ensuite en avant-première suisse au Festival de Zürich, Hell or High Water est le neuvième long métrage du cinéaste écossais David McKenzie, un metteur en scène très difficile à placer dans une catégorie précise, puisque sa filmographie inclut un drame érotique comme Young Adam (2003) aussi bien qu'un film de science fiction comme Perfect Sense (2011). Cette fois il s'attaque au Western, dans un contexte à la fois moderne et classiquement crépusculaire.

L'enfer du titre, c'est l'endroit où se trouvent, de manière symbolique, les frères Toby et Tanner Howard (Chris Pine et Ben Foster). Risquant de perdre la propriété familiale suite à la mort de leur mère, ils braquent plusieurs filiales de la banque qui veut saisir le ranch. La nature volatile de Tanner risque de tout saboter, et tout ça au moment où le Texas Ranger Marcus Hamilton (Jeff Bridges), près de la retraite mais toujours capable de mener une enquête, s'intéresse aux exploits des deux frères. 

Aidé par un scénario solide de Taylor Sheridan, la photo brûlante de Giles Nuttgens et la musique époustouflante de Nick Cave et Warren Ellis, McKenzie nous plonge dans un univers chaud et cruel, un monde d'action et de tragédie traversé par plusieurs morceaux d'humour noirissime et pas toujours politiquement correct. Les acteurs sont tous excellents, avec une mention d'honneur obligée pour Bridges, l'âme drôlement humaine de ce conte moral fortement conseillé si vous aimez être surpris au cinéma. 

En savoir plus sur Max Borg

CONCOURS Gagner 2 places pour aller voir ça

Participer