Critique

Les Animaux fantastiques

 
Critique par |

POUR

Il y a exactement quinze ans, un certain jeune sorcier inventé par J.K. Rowling a fait son début dans les salles de cinéma. Aujourd'hui, cinq ans après le dernier volet, ce monde magique - c'est bien le cas de le dire - est de retour, à travers le premier scénario original de Rowling: Les Animaux fantastiques, qui inaugure une nouvelle série qui est censée durer cinq films et couvrir une période qui va de 1926 à 1945. 

C'est clairement le même univers, mais pas vraiment celui qu'on connaît: on est à New York et non pas en Angleterre, et mis à part quelques mentions (Dumbledore, l'école de Poudlard) et une apparition spéciale il n'y a pas de lieux ou personnages qu'on a vu dans les films précédents. Le héros, Newt Scamander ou Norbert Dragonneau en français (joué par Eddie Redmayne), n'est pas un adolescent mais un adulte, Passionné d'animaux étranges, il en transporte plusieurs dans sa valise. Sauf que, une fois arrivé aux USA, certains d'entre eux décident de jouer les touristes. Il faudra les rattraper sans dévoiler aux humains l'existence des sorciers...

Réalisé par David Yates, qui a aussi signé la mise en scène des quatre derniers Harry Potter, ce nouveau voyage est parfaitement abouti au niveau visuel et spectaculaire, avec des images que l'on connaît bien et d'autres qui surprennent par leur fraîcheur, notamment les animaux du titre. En particulier, on imagine bien que le Niffleur, qui aime bien voler les objets qui brillent, deviendra un personnage culte parmi les admirateurs de cet univers. 

Et les humains? Redmayne est toujours aussi charmant, comme la plupart de ses collègues, avec l'exception notable d'Ezra Miller, un comédien très talentueux qui se retrouve coincé dans un rôle lamentable (Jon Voight est aussi un peu mal utilisé, mais il y a du potentiel pour les suites). Et bien que le film soit construit comme une histoire unique, sans des indices trop évidents pour ce qui concerne le futur (il n'y a pas de scène après le générique), on a bien envie de revoir ces nouveaux sorciers anglo-américains. La prochaine étape sera Paris: la Tour Eiffel et les Champs-Elysées auront-ils le même charme magique d'époque que Central Park ou Times Square, deux endroits où le divertissement est garanti dans ce premier volet? On le saura dans deux ans. En attendant, la première aventure de Newt est l'idéal pour passer un bon moment en salle si l'on aime le fantastique, même sans être des connaisseurs du monde d'Harry Potter. 

En savoir plus sur Max Borg

Dans le même sujet...

 

Les Animaux fantastiques

Critique par |