Critique

Miss Peregrine et les enfants particuliers

 
Critique par |

POUR

Le réalisateur le plus loufoque d'Hollywood semble enfin revenir grâce à un film particulièrement réussi. Tim Burton (Big Eyes) offre avec Miss Peregrine et les enfants particuliers un véritable condensé de bonheur visuel et émotionnel.

Basé sur le roman du même nom de Ransom Riggs, Miss Peregrine et les enfants particuliers a réussi son adaptation cinématographique grâce au savoir-faire de son cinéaste. Si ce dernier a déçu par ses dernières réalisations, donnant ainsi l'impression d'avoir vendu son âme à Hollywood, il est plaisant de savoir que son talent a profité au film. L'enchantement et la mise en scène sont autant d'intérêts pour accentuer un plaisir d'aventure.

Pour incarner Miss Peregrine, la comédienne Eva Green (Casino Royale) endosse son personnage avec une certaine élégance et malice. Un rôle qui permet de découvrir une facette amusante de l'actrice et dont le charisme transperce l'écran dès son apparition. Il semble d'ailleurs que cette dernière soit devenue la nouvelle muse du réalisateur. En effet, il s'agit de la seconde collaboration entre eux deux. Pour l'accompagner dans cet univers hautement poétique, le jeune Asa Butterfield (Hugot Cabret) interprète le héros de ce conte féerique. A ses côtés, de jeunes acteurs prometteurs notamment Ella Purnell (Kick-Ass 2) qui par une certaine douceur rend son personnage extrêmement attachant et permet également des séquences visuelles très réussies.

L'atout également majeur de ce film est dû à la présence de Samuel L. Jackson (Kingsman : Services secrets). En interprétant le rôle du grand méchant, l'acteur américain prouve une nouvelle fois son aisance à être maléfique tout en gardant un côté très clownesque. L'impression que ce dernier ait pris un énorme plaisir à incarner un scientifique fou s'en ressent. Ce qui permet une véritable appréciation pour le spectateur.

Miss Peregrine et les enfants particuliers est avant tout un film familial. Les personnages attachants et la réalisation sont autant d'éléments compatibles à l'écran. Il est d'ailleurs appréciable de retrouver une certaine magie des films d'antan de Tim Burton. Un savant mélange entre Big Fish et Beetlejuice par moment rend Miss Peregrine et les enfants particuliers encore plus intense. Il faut dire que la volonté première du cinéaste a été d'éviter un maximum les effets spéciaux. Ce qui permet une authenticité visuelle qui accroit le sentiment de vie hors du commun.

Exit Danny Elfman, ce sont les compositeurs Michael Higham et Matthew Margeson (Eddie The Eagle) qui se sont chargés des séquences musicales. Il s'agit du troisième film sans la participation du compositeur pratiquement attitré de Tim Burton. Un choix étonnant mais qui n'enlève en rien au charme musical voulu tout au long du film.

Miss Peregrine et les enfants particuliers est donc une vraie pépite qui fait plaisir à voir. Par la qualité de sa réalisation, un casting éclectique et bien choisi, des décors magnifiques et une histoire dotée d'une douce poésie, Miss Peregrine et les enfants particuliers saura conquérir les cinéphiles en herbe. A noter toutefois que certaines séquences peuvent être effrayantes pour les plus jeunes.

Miss Peregrine et les enfants particuliers signe indéniablement le retour du réalisateur Tim Burton grâce à son univers enchanteur et sombre mais saupoudré d'une pointe de féerie.

En savoir plus sur Minnie Equey

Dans le même sujet...