Critique

The Neon Demon

 
Critique par |

2016 est l'année qui marque le retour du cinéaste danois Nicolas Winding Refn sur grand écran. Après l'incroyable et l'excellent Drive en 2011, le surprenant Only God Forgives en 2013, le réalisateur présente un tout autre genre de film.

Annoncé comme un évènement au festival de Cannes, le long-métrage a tristement fini sous les critiques négatives d'une quantité innombrables de médias, mais à tord. A commencer par la composition musicale faite par Cliff Martinez qui retrouve ainsi Nicolas Winding Refn. Contrairement à ce que le public pourrait croire, le musicien n'est de loin pas à ses premières créations. Il avait même écrit une mélodie pour Le 5ème Elément de Luc Besson en 1997. Il est toutefois vrai qu'il a trouvé sa véritable ligne de conduite avec le genre New Wave. Cela c'était d'ailleurs fort bien entendu en 2011 avec Drive.

Mais Cliff Martinez n'est pas le seul atout du long-métrage. Le casting est aussi fort impressionnant. Certes, Elle Fanning (Trumbo) a le premier rôle et l'interprète très bien, mais les plus admirables, et trop effacés par les critiques, reste la brillante et séduisante Jena Malone (Sucker Punch) ainsi que l'apparition surprenante de Keanu Reeves (John Wick). Leurs textes sont plutôt riches et leurs séquences d'action sont très bien tournées.
C'est d'ailleurs l'élément le plus notable: le visuel du film. L'esthétique ajoute une complémentarité parfaite. Ainsi, le visuel devient un personnage à part entière et ce tout au long de l’œuvre. Avec The Neon Demon, le cinéaste affirme une fois de plus qu'il sait très bien s'entourer d'excellents directeurs, de la photographie.

Certes, le récit est plutôt lent. Il est fort probable que les spectateurs se perdent durant la trame à cause du manque de clarté de certains plans. Mais le milieu hypocrite et cinglé qu'est la mode, est formidablement bien mis en avant. Certaines tenues sont tellement extravagantes, que s'imaginer les porter est impossible. Une réalité malheureusement vraie. Tout comme les capacités dangereuses de l'être humain à se détruire au nom de la convoitise et de la jalousie. Fait étonnant, car Nicolas Winding Refn a réussi à combiner ce milieu professionnel avec de l'horreur ainsi qu'une bonne dose d'hémoglobine. La nudité des actrices est effectivement présente, mais elle n'est nullement vulgaire.

Par contre, il est certain que ce long-métrage s'adresse à un public particulier. Tout d'abord aux personnes amatrices ou connaisseuses de la mode. Les jeunes appréciant les films de super-héros ou autres scénarios pour adolescents, se retrouveront très vite perdu par l'intrigue et l'esthétique de The Neon Demon. Avec une approche plutôt intellectuelle, sans être démoralisante comme chez Woody Allen, il est probable que les quarantenaires et les personnes savourant les effets sanglants plus subtiles, apprécieront d'avantage cette réussite.

En savoir plus sur Laurent Billeter

Dans le même sujet...

 

The Neon Demon

Critique par |

 

The Neon Demon

Critique par |

 

The Neon Demon

Critique par |

CONCOURS Gagnez un DVD ou un blu-ray disc

Participer