Critique

L'étage du dessous

 
Critique par |

Les appréciation peuvent varier en ce qui concerne des films de la Nouvelle Vague roumaine mais il faut reconnaître leur intérêt tant qualitatif que thématique. On songe à des oeuvres comme Moartea domnului Lazarescu (La mort de M. Lazarescu, 2006) de Cristi Puiu, 4 mois, 3 semaines et 2 jours (4 luni, 3 săptămâni și 2 zile, 2007) de Cristian Mungiu, des films roumains récents qui ont marqué tant la presse que le public. 

L’étage du dessous (Un etaj Mai Jos) ne déroge pas à cette mouvance et présente un drame lapidaire dont le titre laisse entendre, la perspective adoptée par le récit et la distance judicieuse que le cinéaste réussit à créer pour permettre aux spectateurs de se faire leur propre opinion. Le récit prend comme pivot narratif un homme qui pourrait fournir un témoignage, apporter des preuves essentielles dans une enquête policière. Le film de Radu Muntean prend un personnage qui serait purement accessoire dans tout autre film plus classique et l'utilise pour construire une méditation poignante sur la responsabilité, la culpabilité et de la communauté à une époque où les relations de voisine sont de plus en plus anonymes et individualistes. Dans le présent cas, les voisins apprennent des informations sur leur défunte voisine en consultant son compte Facebook ou par conversations de palier de portes.

Comme plusieurs autres protagonistes des films de Muntean, Sandu Patrascu (Corban) appartient à la classe moyenne, est d’âge moyen et semble, a priori, quelconque.  Ce "fixateur" professionnel pour les personnes ayant des problèmes de véhicule à enregistrer qui navigue entre les subtilités de la bureaucratie roumaine qui fleure encore l’ère communiste, est bien apprécié par les clients et ses collègues, affectueux envers sa femme Olga (Oxana Moravec) et leur fils adolescent et geek Matei (Ionut Bora). Il voue une passion pour son Golden Retriever Jerry avec lequel il effectue de longues promenades dès la séquence d’ouverture. 

Un jour, alors que Jerry et lui rentrent à la maison après une promenade, Patrascu passe devant l’appartement de l'étage d’en dessous et entend une violente dispute mais la caméra de Muntean reste très discrète, voire pudique suggérant par le son des voix (celle de Laura, voix de Maria Popistasu, qui joue aussi la soeur de Laura plus tard) et son compagnon, Vali Dama (Iulian Postelnicu). Par le truchement des voix que les spectateurs découvrent en même temps que Patrascu, il paraît évident que ces deux personnes ont une liaison, et que Vali, marié, est d’une possessivité maladive. et peut-être un peu violent. Lorsque Vali surgit tout à coup dans l’embrasure de la porte et voit Patrascu dans la cage d'escalier, il se limite à un brusque bonjour mais cet instant furtif est le point fondamental et crucial du récit. Dès cet instant Vali sait que Patrascu a tout compris, et ce premier échange aura des répercussions profondes et terribles pour les deux hommes.

Un etaj mai nos (L’étage du dessous) bénéfice d’excellents acteurs, d’une caméra qu observe plus qu’elle ne révèle, laissant une immense part d’interprétation et d’imagination aux spectateurs. Pourtant, le film perd en intensité et on aurait souhaité plus de densité et plus de tenue dans le récit.

En savoir plus sur Firouz-Elisabeth Pillet

Dans le même sujet...

 

L'étage du dessous

Critique par |

CONCOURS Les Gardiens de la Galaxie 2 gagnez un Bluray ou un DVD

Participer