Critique

Batman v. Superman: L'Aube de la Justice

 
Critique par |

POUR

Les deux plus grands super-héros de l'histoire des comic books se rencontrent enfin, dans un long métrage ambitieux et spectaculaire qui marque le véritable début de ce que sera l'équivalent DC Comics de l'univers cinématographique de Marvel Studios. Et comme Marvel, qui devait faire face au cynisme de ceux qui considéraient Iron Man comme un échec garanti sur le plan commercial, Warner Bros. a opéré au milieu de commentaires sceptiques. Car si l'idée de faire apparaître Batman et Superman dans le même film est totalement logique, il y a eu des doutes sur le choix de réaliser ce crossover avec l'Homme d'Acier tel que l'on a vu dans Man of Steel, un film apprécié par les spectateurs mais qui a divisé la critique (pour rappel, votre serviteur était parmi ceux qui avaient un avis plutôt positif), et un Chevalier Noir qui n'est pas celui de Christopher Nolan (les commentaires négatifs sur le choix de Ben Affleck pour incarner Batman ont été nombreux et, la plupart du temps, ridicules).

Dans ce nouvel univers DC conçu par Zack Snyder et Chris Terrio, 18 mois nous séparent de la bataille qui a fait de Superman (Henry Cavill) un personnage controversé. Admiré par certains, haï par d'autres, il fait même l'objet de plusieurs reproches de la part du Sénat américain, qui trouve qu'un être aussi puissant devrait obtenir l'approbation du gouvernement pour continuer ses activités. En revanche, Bruce Wayne (Affleck), marqué par vingt ans de lutte, pas tellement fructueuse, contre le crime, poursuit une autre ligne de pensée: Superman doit être neutralisé. Pour toujours. Et ainsi aura lieu ce que Lex Luthor (Jesse Eisenberg), lui aussi intéressé par la destruction de l'Homme d'Acier, appellera "le plus grand combat de gladiateurs que le monde ait jamais vu".

Puisque Snyder lui-même l'a demandé (la séance pour la presse était précédée d'un message vidéo du cinéaste), nous n'irons pas beaucoup plus loin en termes de déscription de l'intrigue, pour que le public puisse découvrir le film dans des conditions incontaminées par la culture du spoiler. Et Batman v Superman: L'Aube de la Justice est un projet qui mérite carrément d'être vu, sur le plus grand écran que vous arriverez à trouver. Alors que Man of Steel souffrait un peu au niveau de l'écriture, ce nouveau chapitre a un scénario presque totalement abouti, qui marche parfaitement avec les images créées par Snyder. Le cinéaste, lui, poursuit sa poétique personnelle tout en empruntant, pour certains moments, une iconographie qui rappelle Nolan, ou même Bryan Singer (Superman Returns). 

L'action est présentée de façon équilibrée avec le drame et l'humour (merci, Jeremy Irons), et ce même équilibre se trouve, sur le plan narratif, dans l'interaction, telle les films Marvel, entre la structure indépendante du film lui-même et les liens avec un univers plus large (rappelons-le, le prochain film DC arrivera en salle au mois d'août, et Justice League commence son tournage dans quelques semaines). La connexion la plus explicite est, bien sûr, Wonder Woman, qui fait sa première apparition au cinéma avec le charme et l'énergie qui vont avec son statut de personnage icônique. Pour les autres prestations contestées à priori, Affleck est impeccable dans la peau de Batman, et Eisenberg, qui n'est peut-être pas une révélation de la taille de Heath Ledger dans The Dark Knight, est quand même un méchant redoutable qu'on a bien envie de revoir. Rendez-vous en 2017?

Bref, ayant appris les bonnes leçons suite à Man of Steel, Warner Bros. n'a rien à craindre: si l'univers DC continue dans la même direction, les super héros ne risquent pas de perdre leur charme à l'écran. 

En savoir plus sur Max Borg

Dans le même sujet...

CONCOURS Gagner 2 places pour aller voir ça

Participer