Critique

Madame Henderson présente

 
Critique par |
Ce film est un caviar tant l'esprit anglo-saxon y est présent. Dès la scène d'ouverture, on est plongé dans cette façon d'être si particulière. Quelques années avant la Seconde Guerre Mondiale, une veuve enterre son riche industriel de mari. Sitôt les obsèques terminées, elle s'éloigne et monte dans une barque pour s'effondrer en larmes au milieu d'un lac, loin de tous regards, dans une dignité toute britannique. Ne sachant que faire de son argent, elle rachète un vieux théâtre londonien dans l'idée de le transformer en un cabaret à la parisienne. Cette page de l'histoire anglaise bénéficie d'une reconstitution splendide et de numéros d'acteurs savoureux. Dans le rôle-titre, on retrouve Judy Dench en grande forme. Elle est une Mrs Henderson magnifique, pleine de gouaille, mais emprunte aussi à des doutes, à des peurs. Elle dépense son argent pour le bonheur de ses concitoyens qui vivent des heures noires en leur offrant les corps nus de ses artistes, sans autre arrière-pensée. Elle est aidée dans sa vocation par un metteur en scène voué à sa cause, mais désireux d'avoir les mains libres quant à l'aspect artistique de ses spectacles, parfaitement incarné par Bob Hoskins. Ce duo terrible nous donne droit à des scènes hilarantes et d'autres très touchantes. Stephen Frears signe là une uvre pétillante, intelligente, nostalgique qui fait un bien fou par les temps qui courent, où les gens ne donnent l'impression que de ne plus s'intéresser qu'aux malheurs des autres ou aux histoires d'espions. Savoureux comme un tea time.

En savoir plus sur Remy Dewarrat