Critique

Un tango mas - El ultimo tango

 
Critique par |

Après El último aplauso, le cinéaste Germán Kral retourne au tango par le prisme du duo légendaire de Juan Carlos Copes et Maria Nieves, deux figures de renommée mondiale.

Un tango más (Allemagne-Argentine) n’est pas la première incursion du réalisateur argentin German Kral, basé en Allemagne, qui s’est intéressé à la musique (Música cubana, 2004) et surtout au tango (El último aplauso, 2009). 

Initialement prévu pour donner plus de place à la chorégraphie, en prenant l'exemple de Pina, de Wim Wenders (réalisateur admiré par Kral et producteur exécutif du présent film), le film suit l'histoire de la relation qui unit et continue d'unir les deux danseurs au-delà de leur rupture sentimentale.

Judicieusement, le cinéaste opte pour l'intersection de petits instants de fictions, la plupart du temps dansés, souvent inspirés par des situations vécus par ce couple mythique, que viennent alimenter les déclarations de Juan Carlos Copes et Maria Nieves qui témoignent chacun de leur côté sur leur vie et leur carrière. Le tout forme un dialogue magnifiquement agencé avec intelligence. L’objectif de Germán Kral met en particulier l’attention sur l'histoire d'amour et de haine entre les deux danseurs, à la fois excitante et mélodramatique.

La capacité du réalisateur à créer  un climat de confiance dans lequel les barrières entre les protagonistes s’estompent progressivement pour laisser place à la vérité (la vérité de chacun, bien sûr) affleure en surface.

La vie de ces deux personnages est incroyable et le film de Germán Kral sait les sonder tout en les respectant, en les écoutant sans commentaire et laissant émerger la position de chacun. Tango vivant.

Avec émotion, on découvre deux adolescent issus de milieu défavorisé qui se rencontrent dans les clubs de milongas de Buenos Aires jusqu’à leur apogée à Broadway, leur façon de danser qui révolutionne le tango. Ces partenaires au-delà des pistes, sépareés depuis cinquante ans mais qui continuent à danser quotidiennement, malgré la rancœur. l'histoire de Juan Carlos Copes et Maria Nieves Rego, qui a duré quatre décennies et demie, est un voyage visuel, musical et humain.

Germán Kral a le mérite de les réunir dans ce documentaire envoûtant alors que cette possibilité semblait initialement impossible. Le cinéaste a su surmonter ces obstacles en recourant à des témoignages émergeant de pourparlers avec les danseurs qui représentent les protagonistes dans leur jeunesse, complété par un riche matériel d’archives et soutenu par une bande-son exceptionnelle, avec la musique de Luis Borda, Sexteto Mayor et Gerd Bauma qui met en valeur la chorégraphie de premier choix. L'appareil capture le sentiment de la danse, extrayant le meilleur de Copes et Nieves.

En savoir plus sur Firouz-Elisabeth Pillet

CONCOURS Les Gardiens de la Galaxie 2 gagnez un Bluray ou un DVD

Participer